Accueil du site > Nouvelles > Arrêt d’une étude en cours sur la thérapie par chélation pour le (...)

Arrêt d’une étude en cours sur la thérapie par chélation pour le coeur

Le 27 septembre 2008

La plus grande étude sur une thérapie alternative que le gouvernement US ait jamais lancée a cessé de recruter des sujets, laissant le temps aux autorités de s’assurer que les participants ont bien été informés des risques et protégés comme il se doit.

Plus de 1500 personnes ayant eu une crise cardiaque ont été engagées dans cette recherche pour tester un traitement de thérapie par chélation, étude déjà fort controversée à ses débuts, et que beaucoup de médecins et scientifiques considèrent comme une perte de temps et d’argent public. Cette thérapie est essentiellement utilisée pour traiter des empoisonnements au plomb.

Plus de deux personnes sont décédées, bien que le médecin de Miami dirigeant l’étude ait déclaré que ces décès n’avaient pas été causés par les traitements. Il affirme ne pas savoir exactement combien il y a eu exactement de décès. Il reconnait aussi que certains des médecins impliqués dans l’étude qui ont été sanctionnés par les autorités de la santé, ou ont eu affaire avec la justice dans le passé, ont été renvoyés de l’étude.

"Nous pensons que notre étude est éthique et sans risques, et que nous protégeons bien nos patients." dit le responsable, le Dr. Gervasio Lamas de l’Université de Miami.

Le but de l’étude était de tester des injections à très hautes doses de vitamines et minéraux, qui n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité dans le cadre des maladies de coeur. La chélation utilise des intraveineuses pour ce faire, et dans ce cas de l’EDTA (acide éthylène diamine tétracétique), que ses adeptes affirment qu’il se liera au calcium dans les parois des artères, et aiderait à l’évacuer du corps.

Les traitements conventionnels pour les maladies de coeur, quant à elles, comprennent des médicaments, de la chirurgie et des angioplasties pour nettoyer les artères.

Lorsque l’étude a été acceptée en 2002, les autorités fédérales disaient que plusieurs patients malades du coeur utilisaient la thérapie par chélation, et que la recherche apporterait des réponses sur la sécurité et l’efficacité de la thérapie.

La même philosophie était à l’origine d’une récente demande de test de la chélation pour l’autisme infantile. Mais le gouvernement américain l’a récemment annulée à cause de ses dangers pour la santé.

L’étude sur le coeur a été acceptée sur la base d’erreurs à propos de sa sécurité et son efficacité, "elle n’aurait jamais dû être acceptée dit le Dr. Kimball Atwood, anesthésiste. Lui, et plusieurs autres professionnels, ont envoyé une réclamation sur cette étude à l’Agence Fédérale de Protection de la Recherche, et ont publié un grand compte-rendu détaillant les problèmes rencontrés.

"La forme acceptée est inadmissible. Par exemple, elle ne dit pas, aux personnes qui s’engagent dans l’étude, qu’il y a déjà eu des décès avec ce produit".

Plus de la moitié des docteurs impliqués dans l’étude gagnent de l’argent en vendant les traitements de chélation, un conflit d’intérêt évident, affirment les critiques. Les documents de l’étude représentent faussement ce que les plus petites études précédentes ont trouvé, et "omet de nombreuses preuves de blessures et de décès" écrit Atwood.

Les articles de Woeckner et Atwood prétendent qu’il y a des problèmes avec les diplômes de plusieurs docteurs qui ont un rôle dans cette étude, y compris deux d’entre eux concernés par des affaires criminelles. "Cela me ferait peur si j’étais l’un des sujets potentiels de l’étude" dit Woeckner.

Le Bureau Fédéral pour la Protection Humaine dans les Recherches va déterminer si les plaintes sont justifiées et ouvre une enquête. Les responsables de l’étude ont donc cessé de recruter des volontaires jusqu’à ce que cela soit résolu. Ceux déjà engagés dans l’étude continueront à recevoir le traitement.

Le "Collège Américain pour l’Avancement de la Médecine", qui, comme son nom ne l’indique pas, est un groupe de praticiens de la thérapie par chélation qui a aidé à réaliser l’étude, a mis en ligne sur son site web un communiqué. Ce dernier espère que des "réponses aux allégations infondées" seront apportée avec sa contribution si nécessaire, et que les officiels "montreront que ces allégations sont de nature politique". "Nous demandons un arrêt immédiat du moratoire et la reprise de l’étude" déclare la présidente du groupe, le Dr. Jeanne Drisko.

Lamas déclare que toute étude impliquant des personnes ayant survécu à une crise cardiaque est susceptible de compter des décès. Il ajoute qu’après les interrogations des officiels sur l’un des décès, que les responsables de l’étude ont assuré n’avoir rien aucune relation avec l’essai, un changement a été fait afin que tous les décès soient rapportés à la FDA.

D’après lui, plusieurs groupes indépendants, y compris des spécialistes du coeur de l’Université Duke, ont contrôlé l’étude, et la dernière fois qu’ils l’ont lue fin avril, il n’y avait aucun problème de sécurité.

Dans sa conception première en 2002, cette étude devait recruter presque 2400 personnes de 50 ans ou plus, qui avaient survécu à une crise cardiaque au moins 6 mois plus tôt. Certains seraient assignés au hasard au groupe de chélation ou au groupe placebo recevant des infusions factices pendant 30 semaines, puis de 10 traitements de plus bimensuellement sur une période de 28 mois. L’effet supposé était que la thérapie par chélation éliminerait les problèmes associés au coeur pour un quart des sujets.

D’autres dans l’étude étaient assignés au hasard pour recevoir des doses plus ou moins élevées de vitamines et de minéraux. L’étude devrait être presque complétée actuellement, mais les recrutements traînent et les chercheurs visent maintenant moins de 2000 sujets.

La chélation est très controversée, et les associations pour le coeur la décrient fortement. Celles-ci affirment qu’un seul traitement est facturé entre 50$ et 100$. Dans le premier mois, les patients reçoivent habituellement des traitements journaliers, que les assureurs ne couvrent pas étant donné l’absence de preuve de leur efficacité. La forme d’EDTA utilisée dans l’étude est fournie par AkzoNobel, une compagnie hollandaise, d’après Lamas.

L’Association du Coeur déclare que "l’EDTA n’est pas un médicament sûr. Il y a un réel danger de défaillance rénale" de problème de moelle osseuse, de commotion, de problèmes du rythme cardiaque, de réactions allergiques et de troubles respiratoires.

"Un certain nombre de décès aux USA ont été associés à la thérapie par chélation. Certaines personnes sont dorénavant sous dialyse à cause de problèmes rénaux, en partie à cause de la thérapie par chélation." déclare le site. "Vraiment, ceux qui choisissent la thérapie par chélation risquent plus que de perdre leur argent."

- Idées fausses, Idées folles en médecine. Skrabanek, Mc Cormick
- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l’ostéopathie Thomas Sandoz.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |