Accueil du site > Le Guide Alternatif > Ce que vous devriez savoir sur la chiropratique

Ce que vous devriez savoir sur la chiropratique

Le 30 mai 2009

Pour toutes les autres conditions que les chiropracteurs traitent virtuellement, où des études rigoureuses ont été réalisées, les preuves sont encore plus faibles. Dans certains cas, les études les plus fiables ont trouvé que la manipulation vertébrale est inefficace.

Les chiropracteurs et beaucoup de leurs associations professionnelles déclarent souvent tout autre chose, mais très peu sont au courant de ce problème. En 2001, une équipe de chiropracteurs a étudié la question, et leurs conclusions étaient tranchées : "les plus grandes associations de professionnels… font des déclarations sur l’art de la chiropratique qui ne sont actuellement pas justifiées par des preuves scientifiques disponibles" [4]. Depuis, plusieurs études sont arrivées aux mêmes conclusions.

Le problème n’est pas seulement de savoir si les traitements chiropratiques marchent. Il y a aussi la question de la sécurité de la manipulation de la colonne vertébrale, un sujet dont peu de gens semblent prendre conscience. Plusieurs grosses études ont montré qu’une large proportion de patients ont vécu des effets secondaires après avoir reçu une manipulation chiropratique de la colonne. Heureusement, ces plaintes, principalement des douleurs, ne sont normalement pas très sévères et disparaissent habituellement après un jour ou deux.

Il y a cependant eu plusieurs centaines de cas de complications très sévères associées à ce traitement. Une manipulation extrême du cou peut endommager une ou deux artères vertébrales qui sont parallèles au haut de la colonne vertébrale et qui alimentent une partie du cerveau. La conséquence d’un tel "accident vasculaire" peut être l’attaque cérébrale, et plusieurs décès ont été enregistrés. Des événements si désastreux sont bien entendu rares, c’est une des raisons pourquoi il est difficile d’étudier ce phénomène systématiquement et toutes les études ne donnent pas les mêmes résultats.

Dans le livre que j’ai co-écrit avec Simon Singh, Trick or Treatment ? Alternative medicine on trial, nous avons un chapitre dédié à la chiropraxie. Après avoir soupesé toutes les preuves, nos conclusions n’étaient pas flatteuses : "Avertissement : ce traitement porte le risque d’attaque et de décès si la manipulation de la colonne vertébrale est appliquée au cou. Partout ailleurs sur la colonne, la thérapie est relativement sans dangers. Elle a montré quelques preuves de bénéfice dans le traitement du mal de dos, mais les traitements conventionnels sont également efficaces mais beaucoup moins chers. Dans le traitement de toutes les autres conditions, la thérapie chiropratique est inefficace excepté le fait qu’elle peut agit en tant que placebo."

Plus tard, Simon a écrit un article dans le journal anglais The Guardian à propos de la chiropraxie. Dans celui-ci, il citait le site web de l’Association Britannique de Chiropraxie qui, à l’époque, faisait des déclarations claires selon lesquelles les chiropracteurs pouvaient traiter efficacement tout un ensemble de maladies infantiles, y compris l’asthme. Les preuves de l’efficacité de ce traitement sont plus que faibles : pas plus de trois essais contrôlés ont été trouvés qui concluent que la manipulation de la colonne n’a aucun effet bénéfique. La meilleure de ces études, publiée dans The New England Journal of Medicine, concluait que "l’ajout de la manipulation chiropratique de la colonne aux soins médicaux habituels n’a apporté aucun bénéfice [5]"

Pour avoir alerté le public sur tout cela, et pour avoir potentiellement évité des blessures chez les enfants, Simon aurait mérité d’être félicité. Au lieu de cela, il a été assigné en justice par l’Association Britannique de Chiropraxie pour diffamation. Je pense que c’est un sujet sérieux qui pose deux questions cruciales :

- Est-il acceptable que des scientifiques et des journalistes se voient limités dans leurs critiques par le muscle légal de ceux qui sont critiqués ?
- Et est-il acceptable que des corps professionnels, comme l’Association Britannique de Chiropraxie, ou toute autre organisation, soient en mesure de faire des déclarations thérapeutiques qui ne sont pas soutenues par des données scientifiques ?

Je laisse le soin au lecteur de décider.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |