Accueil du site > Suppléments > Certains compléments alimentaires associés au risque de décès chez les femmes (...)

Certains compléments alimentaires associés au risque de décès chez les femmes âgées

Le 11 octobre 2011

Selon un compte-rendu publié dans les Archives of Internal Medicine [1], le fait de consommer des compléments alimentaires, comme des multivitamines, de l’acide folique, du fer et du cuivre entre autres, apparait être associé à un risque plus élevé de décès chez les femmes les plus âgées.

Selon l’article, le recours aux compléments alimentaires a considérablement augmenté ces dernières années."Au niveau de la population, les suppléments alimentaires contribuent de façon substantielle à la consommation totale de plusieurs nutriments, tout particulièrement chez les personnes âgées" écrivent les auteurs.

Le Dr Jaakko Mursu de l’Université de Finlande à Kuopio et l’Université du Minnesota, ont analysé les données de la grande étude sur les femmes, Women’s Health Study, pour examiner l’association entre les compléments alimentaires de vitamines et minéraux et le taux de mortalité (décès) chez 28772 femmes âgées (d’âge moyen 61,6 ans). L’utilisation des compléments alimentaires a été rapportée par les participantes de l’étude en 1986, 1997 et 2004 via des questionnaires.

Parmi les 38772 femmes qui ont été suivies durant la première étude de 1986, 15594 décès (40,2%) sont survenus sur un temps de suivi de 19 années. L’utilisation de suppléments a substantiellement augmenté entre 1986 et 2004, avec 62,7% de femmes ayant rapporté en prendre au moins un par jour en 1986, 75,1% en 1997 et 85,1% en 2004.

Les auteurs ont découvert que l’utilisation de la plupart des compléments alimentaires n’était pas associée à une réduction totale de la mortalité chez les femmes de ces âges, et que plusieurs suppléments apparaissaient en fait être associés à une augmentation du risque de mortalité. Après avoir procédé à des ajustements, l’utilisation des multivitamines, de la vitamine B6, de l’acide folique, du magnésium, du zinc et du cuivre était associée à un risque plus important de décès dans la population étudiée.

Inversement, les suppléments de calcium semblaient réduire le risque de mortalité. L’association entre la consommation de compléments alimentaires et le risque de mortalité était la plus forte avec le fer, et les auteurs ont découvert une relation dose-réponse car un risque de mortalité plus élevé était visible à des doses progressivement plus faibles en même temps que les femmes vieillissaient pendant l’étude.

Les résultats pour les suppléments de fer et de calcium ont été reproduits dans des analyses séparées à court-terme avec un suivi à quatre ans, six ans et dix ans.

"A partir des éléments de preuves existants, nous ne trouvons que peu de justification dans l’utilisation répandue des compléments alimentaires" concluent les auteurs. "Nous recommandons qu’ils soient utilisés dans le cadre d’une raison médicale véritable, telle qu’une carence en nutriments symptomatique d’une maladie."

L’importance de l’alimentation

Dans un commentaire [2], certains chercheurs évoquent les résultats de cette étude en déclarant qu’ils viennent s’ajouter au corps de preuve de plus en plus important qui démontre que certains compléments alimentaires antioxydants, comme la vitamine E, la vitamine A et le béta-carotène, peuvent en fait être nocifs.

"Le fait de prendre des suppléments a glissé de la prévention des carences au désir de vouloir favoriser son bien-être et d’empêcher l’apparition de maladies" écrivent-ils. "Jusqu’à récemment, les données disponibles au regard des effets secondaires des compléments alimentaires étaient limitées et grossièrement sous évaluées. Nous pensons que le paradigme affirmant que ’plus c’est mieux’ est faux. On peut le voir dans la relation en forme de U entre le statut des micronutriments et la santé."

"Nous ne pouvons pas recommander la consommation de suppléments de vitamines et de minéraux en tant que mesure de prévention, du moins, pas pour une population suffisamment nourrie" concluent les auteurs. "Les femmes âgées (et peut-être aussi les hommes) pourraient bénéficier de la prise de suppléments de vitamine D3, tout spécialement si elles ont un apport insuffisant en vitamine D provenant du soleil et de leur alimentation. Le problème de savoir s’il faut consommer des compléments de calcium nécessiterait une étude plus poussée."


Références et notes :

[1] Dietary Supplements and Mortality Rate in Older Women. Arch Intern Med. 2011 ;171[18]:1625-1633.

[2] Vitamin and Mineral Supplement Use in Relation to All-Cause Mortality in the Iowa Women’s Health Study : Comment on "Dietary Supplements and Mortality Rate in Older Women". Arch Intern Med. 2011 ;171[18]:1633-1634.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |