Accueil du site > Nouvelles > Combien de temps allez-vous vivre ?

Combien de temps allez-vous vivre ?

Le 20 mai 2011

Une société espagnole [1] propose de vous vendre des tests sanguins supposés vous dire combien de temps vous allez vivre. Cela oblige à poser la question : comment un test sanguin est capable de déterminer quelque-chose de si complexe que l’espérance de vie ?

Le test, qui coûtera environ 500 euros, mesure la longueur des télomères de chacun. Les télomères sont les "chapeaux" situés au bout des chromosomes, souvent comparés aux aglets qui terminent les lacets de chaussures. Le but des télomères est de protéger les terminaisons des chromosomes pendant la copie. Les enzymes qui copient chaque brin d’ADN qui constitue chaque chromosome ne peuvent pas lire l’extrémité de la chaine, ainsi, à chaque fois qu’un chromosome est copié, un petit bout de la terminaison est laissé à l’abandon.

Si l’information génétique nécessaire se situait ainsi tout le long jusqu’au bout, alors un petit peu d’information serait perdu à chaque copie, ce qui causerait des problèmes. Ainsi, chaque chromosome est terminé par un bout d’ADN non codant, le télomère, (une séquence répétitive de TTAGGG chez tous les vertébrés), dont un petit bout est "rogné" à chaque cycle de copie au lieu que ce soit l’information génétique utile qui prenne.

Les télomères deviendraient donc de plus en plus courts jusqu’à ce que la cellule ne puisse plus se diviser. Cependant, il y a une enzyme, appelée la télomérase, qui rallonge les télomères, les maintenant en l’état (processus appelé "l’homéostasie des télomères", bien qu’il y ait un autre mécanisme pour allonger les télomères [2]). Cependant, la télomèrase est la plus active dans les fœtus et chez les bébés, puis devient progressivement réprimée dans la plupart des tissus adultes. De ce fait, malgré une certaine aptitude à conserver la longueur des télomères, la longueur tend à diminuer quand nous vieillissons.

Le raison de la suppression de la télomérase est de réduire le risque de cancer – la même raison qui fait que nous n’avons pas de cellules souches illimitées qui régénèrent tous nos tissus. Nous avons apparemment évolué pour vivre assez longtemps pour nous reproduire et élever notre progéniture jusqu’à leur âge reproductif, mais pas pour être immortels.

La question qui se pose en ce qui concerne la longueur des télomères est : quel est le rapport avec la vieillesse et la maladie ? La longueur pourrait être un marqueur cellulaire pour cela, mais est-ce que le raccourcissement des télomères cause la vieillesse, ou ce raccourcissement est-il seulement une conséquence de la vieillesse ? Si c’est cette dernière réponse qui est vraie, alors le fait de développer des traitements pour allonger artificiellement les télomères ne ralentira, n’arrêtera, ni n’inversera la vieillesse et la maladie.

Cette question reste posée. Mais il y a des preuves suggérant que la longueur des télomères joue un rôle causal, au moins partiellement, dans la vieillesse et la maladie. Elle a été par exemple associée au risque de développer l’arthrite rhumatoïde [3]. L’activité de la télomérase est aussi importante pour maintenir immortelles des lignes de cellules de culture [4]. Mais la biologie est si complexe, et nous n’en avons actuellement qu’une image partiellement complète.

En tant que telle, la notion que la longueur des télomères a une relation avec la longévité n’est pas stupide. C’est un sujet de science légitime, sinon préliminaire. C’est un domaine de recherche excitant, bien qu’il soit douteux que cela aboutisse à un traitement contre la vieillesse, cela pourrait peut-être, dans le futur, accoucher de traitements importants.

Mais qu’en est-il de cette notion de test sanguin pour la longueur des télomères, dans le but de déterminer combien de temps il vous reste à vivre ? Elle ne repose pas sur de la science, et c’est en fait une très mauvaise interprétation de la science existante. L’idée sous-jacente à ce test sanguin mélange longévité et espérance de vie. La première est la durée potentielle de vie d’un individu, et est possiblement associée à la longueur des télomères, bien que cela n’ait pas encore été établi.

Cependant, la durée de vie d’un individu est plus intimement associée à l’espérance de vie (un état statistique sur la durée de vie effective d’une personne), et ceci dépend de nombreux facteurs. Par exemple, l’espérance de vie d’un soldat au front dans une guerre meurtrière est beaucoup plus courte que ce que n’importe quelle mesure de santé publique indique.

Mais même si nous laissons de côté le risque d’accident ou de blessure, en prenant seulement en considération les problèmes médicaux, il y a de nombreux facteurs, comme l’alimentation, l’exercice, le tabagisme, la consommation d’alcool, le sommeil, l’indice de masse corporelle, le cholestérol et d’autres facteurs qui n’ont rien à voir avec la longueur des télomères, mais qui ont un effet démontrable sur l’espérance de vie.

Le fait de seulement mesurer la longueur des télomères a une relation qui n’est pas claire avec la longévité, et même si cela a une relation indicative, cela ne prend pas en compte tous les facteurs importants qui influencent l’espérance de vie, qui est en fait ce que les gens veulent réellement savoir. Bref, les tests sanguins ne vous diront pas combien de temps vous vivrez.

Et encore les problèmes génériques n’ont-ils pas été pris en considération pour un tel test : quelle est sa valeur prédictive ? Et avec quelle sensibilité et précision ? Cela prendra des années avant de pouvoir répondre à ces questions (étant donné que nous avons affaire à la durée de vie des gens, ce qui par définition prend plusieurs années de suivi pour pouvoir le déterminer). Le mieux que nous puissions faire à court terme sont des études rétrospectives, et celles-ci sont entachées de variables non contrôlées.

Il y a également l’épineuse question de ce qu’un individu peut faire de cette information. En matière de décision médicale la règle d’or est de ne jamais ordonner un test tant que nous ne savons pas exactement ce que nous allons faire des résultats. Sinon, vous risquez d’obtenir des résultats anormaux sur lesquels vous ne pourrez pas agir, ou avec lesquels vous ne saurez pas comment agir. Si quelqu’un ordonne ce test, que fera-t-il des résultats quels qu’ils soient ? S’ils affichent des télomères plus longs que la moyenne pour leur âge, cela donne-t-il la permission d’être plus insouciant avec sa santé ? S’ils sont plus courts que la moyenne que peuvent-ils faire de ça ? Vous pourriez répondre qu’ils pourraient améliorer leur style de vie, mais ils devraient de toute façon le faire.

Il semble que le seul résultat d’un tel test soit d’instiller une anxiété supplémentaire bien inutile, ou un faux sentiment de sécurité. Le fait que ce test soit proposé par une société privée directement au consommateur est une tendance problématique, semblable à celle des tests génétiques prétendant donner les probabilités d’être atteint de telle ou telle maladie. Certaines sociétés n’hésitent pas à sauter le pas de la science, et à prendre la connaissance scientifique préliminaire pour vendre de fausses promesses. Mais cela "résonne" scientifique, alors que c’est plutôt sans valeur, voire pire, une menace pour la santé.

- Les imposteurs de la génétique. Bertrand Jordan.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |