Accueil du site > Coup de gueule > Comment l’industrie du tabac minimise le danger des cigarettes

Comment l’industrie du tabac minimise le danger des cigarettes

Le 7 janvier 2012

Une analyse de l’UCSF publiée dans PLoS Medicine [1] sur des documents de l’industrie du tabac montre que Philip Morris a manipulé les données sur les effets des additifs dans les cigarettes, y compris le menthol, occultant les niveaux de toxicité réels et augmentant le risque de maladies cardiovasculaires, les cancers et les autres maladies des fumeurs.

L’information venant de l’industrie du tabac ne peut pas être prise argent comptant, concluent les auteurs. Ils déclarent que leurs travaux apportent des éléments de preuve selon lesquels des centaines d’additifs, incluant le menthol, devraient être éliminés des cigarettes au nom de la santé publique.

Dans cette nouvelle étude indépendante, les scientifiques ont réévalué les données du "Projet MIX" de Philip Morris qui détaille les analyses chimiques de 333 additifs des cigarettes de la fumée et des études toxicologiques sur des animaux. Philip Morris, la plus grande compagnie Américaine, a publié ses résultats en 2002.

En étudiant les origines et la méthodologie du Projet MIX, les chercheurs de l’UCSF ont dirigé leur propre enquête sur les résultats de Philip Morris. Ils ont mis l’accent sur le fait que plusieurs des toxines de la fumée de cigarette augmentent substantiellement après que les additifs sont ajoutés aux cigarettes.

Ils ont aussi découvert, après avoir obtenu la preuve que les additifs augmentent la toxicité, que les scientifiques du tabac ajustent les protocoles pour présenter leurs résultats de manière à ce que ces augmentations soient occultées.

"Nous avons trouvé leurs modifications a posteriori dans les protocoles analytiques après que les scientifiques de l’industrie du tabac ont trouvé que les additifs augmentaient la toxicité des cigarettes, en augmentant le nombre de particules fines dans la fumée de cigarette qui cause les maladies cardiovasculaires et les autres maladies" explique le Dr Stanton Glantz, auteur de l’étude.

"Quand nous avons dirigé notre propre analyse en étudiant les additifs par cigarette - suivant en cela le protocole original de Philip Morris - nous avons trouvé que 15 éléments chimiques carcinogènes ont augmenté de 20% ou plus" dit-il.

En outre, dans l’étude indépendante, les chercheurs ont découvert la raison qui se cache derrière l’échec de Philip Morris pour identifier les nombreux effets toxiques dans les études animales : leurs études étaient de trop petite taille.

"L’expérience était trop petite en terme de nombre de rats analysés pour détecter statistiquement des modifications importantes dans les effets biologiques" dit Gantz. "Philip Morris a volontairement affaibli ses propres études."

Les résultats de l’étude "Projet MIX" ont été d’abord publiés dans l’édition de 2002 du journal Food and Chemical Toxicology, journal dont l’éditeur et de nombreux membres du comité de rédaction ont des intérêts financiers dans l’industrie du tabac.

- Golden Holocaust : Origins of the Cigarette Catastrophe and the Case for Abolition. Robert Proctor.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |