Accueil du site > Nouvelles > De nombreux médecins donnent des placebos à leurs patients

De nombreux médecins donnent des placebos à leurs patients

Le 24 octobre 2008

De nombreux docteurs américains donnent des placebos à leurs patients, sous la forme des médicaments inoffensifs comme des antidouleurs, en guise de traitement médical et considèrent cette pratique comme éthique.

Parmi 679 généralistes et rhumatologues interrogés, qui traitent des patients atteints d’arthrite, environ la moitié avoue prescrire des placebos au moins deux ou trois fois par mois, et la plupart ne le disent pas explicitement à leurs patients.

D’après les chercheurs, l’idée pourrait être de déclencher l’effet placébo, cette amélioration de la santé perceptible provoquée par les attentes psychologiques d’un bénéfice, et non pas par un effet physiologique d’un traitement donné, dans les cas où l’efficacité d’un traitement normal n’est pas garantie.

Plus de 60% des docteurs ayant répondu à l’enquête publiée dans le British Medical Journal [1] disent que prescrire un placébo est éthiquement convenable.

Mais de telles actions vont à l’encontre des standards établis par l’Association Médicale Américaine, qui estime qu’il n’est pas éthique d’utiliser une thérapie placébo sur des patients sans leur avoir clairement dit.

"Personne n’a réellement demandé aux médecins, d’une manière systématique, ce qu’ils pensaient des placebos." dit le chercheur Dr. Jin Tilburt de la Clinique Mayo.

"Il y avait probablement une époque en médecine où les docteurs les utilisaient de façon plus routinière. Je pense qu’il reste cette impulsion générale chez les médecins qui veulent aider et promouvoir la guérison en se servant de ces attentes psychologiques." dit Tilburt.

Les médecins qui prescrivent des placebos donnent rarement des pilules de sucre, comme la plupart des gens le pensent. La plupart du temps, ils prescrivent des substances relativement sans danger comme des vitamines et des antidouleurs sans prescription.

13% des docteurs qui ont rapporté prescrire un placebo, déclarent donner un sédatif aux patients, et un pourcentage égal affirme prescrire un antibiotique. Tilburt dit qu’il y a là des considérations éthiques particulières, à cause des effets secondaires des sédatifs, et parce qu’une surconsommation d’antibiotiques pose le risque de la résistance des germes.

Le placebo occupe une place importante dans la recherche médicale. Pour tester si un médicament fonctionne lors d’une étude clinique, il y a toujours un groupe placébo à côté du groupe contrôle et un groupe prenant la substance active à tester. Le tout sans que personne ne sache dans quel groupe il se situe.

Des études ont montré que donner un placebo à un patient stimule parfois son système immunitaire et améliore sensiblement sa santé, cela grâce aux fortes espérances du client et à la confiance qu’il met dans un traitement, médicament ou praticien.

L’Association Médicale Américaine (AMA), association médicale la plus importante d’Outre-Atlantique, déclare que les médecins ne doivent avoir recours aux placebos qu’après en avoir informé leurs patients et avec leur accord.

"Dans un environnement clinique, l’utilisation du placebo sans que le patient en ait connaissance pourrait miner la confiance, et compromettre la relation patient/médecin, voire être nocif pour le patient" déclarait l’AMA en 2006.

"Un placebo ne doit pas être donné pour simplement calmer un patient difficile, parce qu’en procédant de la sorte, cela sert plus au médecin que cela favorise la bonne santé du patient."

- L’effet placebo : Le pouvoir de guérir. Danielle Fecteau.
- Placebo et effet placebo en médecine. Jean Jacques AULAS
- Le mystère du placebo. Patrick Lemoine.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |