Accueil du site > Science > De sérieux doutes sur la crédibilité de certaines études

De sérieux doutes sur la crédibilité de certaines études

Le 4 juillet 2009

Les études randomisées contrôlées sont considérées comme le nec plus ultra, l’étalon or, de la méthode de recherche pour évaluer de nouveaux traitements médicaux. Mais une recherche publiée dans BioMed Central’s [1] a montré que la méthodologie de 93% des 2235 prétendues études randomisées contrôlées publiées dans certains journaux médicaux chinois entre 1994 et 2005, étaient entachées de nombreux défauts, ce qui jette un sérieux doute sur la fiabilité de la recherche de ce qui est supposé influencer les décideurs médicaux.

Les chercheurs, dirigés par Taixiang Wu du Centre Cochrane Chinois de l’Université Sichuan en Chine et de l’Ottawa Hospital Research Institute, ont analysé les essais cliniques publiés en Chine entre 1994 et 2005, cherchant dans la base de données China National Knowledge Infrastructure (CNKI) les études randomisées contrôlées (ERC) sur 20 maladies communes. Pour déterminer combien de ces dernières satisfaisaient aux standards reconnus d’une randomisation dans l’allocation des participants aux groupes de traitements, des enquêteurs expérimentés ont interrogé les auteurs principaux ou les co-auteurs des 2235 études par téléphone.

Moins de 7% des essais se décrivant comme randomisés et contrôlés, publiés dans certains journaux médicaux chinois, rassemblent les critères d’une authentique randomisation. Les chercheurs ont regardé à la fois les études de médecine conventionnelle, mais aussi de médecine traditionnelle chinoise, mais il n’y avait pas de différence entre celles-ci en termes de taux d’authenticité.

Cependant, toutes les ERC de médicaments étaient valables, et les ERC dirigées dans des hôpitaux affiliés à des universités médicales étaient plus susceptibles d’être valables que les essais réalisés dans des hôpitaux de niveau inférieur. Plus de la moitié des études des hôpitaux affiliés à des universités respectait les critères d’une bonne étude randomisée et contrôlée, ce qui signifie que les recherches des hôpitaux inférieurs sont les moins rigoureuses dans leur méthodologie.

"Le fait que tant d’études non randomisées contrôlées ont été publiées comme étant randomisées et contrôlées signifie que les évaluations des pairs (le peer-review) ont besoin d’être améliorées, et que les bonnes pratiques de révision, comprenant une formation sur l’identification de la fiabilité d’une étude, ont besoin d’être urgemment développées" dit Wu.

Les comptes-rendus fallacieux ne sont pas l’apanage de la Chine. Des études étiquetées comme ERC sont plus susceptibles d’influencer les décideurs de la politique de la santé, ce qui veut dire que des études faussement rapportées comme étant randomisées et contrôlées ont le pouvoir de tromper le monde médical, les consommateurs et les décideurs politiques. Les résultats de cette d’étude proposent aux auteurs des revues systématiques (articles qui combinent le résultats de plusieurs études) d’être très vigilants sur les études randomisées contrôlées chinoises qui peuvent ne pas être du tout randomisées ni contrôlées.

Les 1100 journaux médicaux environ actifs actuellement en Chine augmentent rapidement leurs productions de comptes-rendus de recherche, dont plusieurs sont identifiées par leurs auteurs comme étant randomisées et contrôlées. Mais ces études présentent pour la plupart des résultats positifs (elles favorisent les traitements qu’elles étudient), ce qui peut être l’influence d’une randomisation incorrecte des patients dans la conception de l’étude.

- La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique. William Broad, Nicholas Wade.
- Petit traité de l’imposture scientifique. Aleksandra Kroh.


Références et notes :

[1] Randomized trials published in some Chinese journals : How many are randomized ? Taixiang Wu, Youping Li, Zhaoxiang Bian, Guanjian Liu, David Moher Trials.

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |