Accueil du site > Nouvelles > Il faut évaluer et réguler les cigarettes électroniques

Il faut évaluer et réguler les cigarettes électroniques

Le 12 février 2010

Les cigarettes électroniques, ou "e-cigarettes" devraient être évaluées, régulées, étiquetées et emballées de façon plus conséquente, en affichant le contenu de la cartouche et l’effet du produit, même si cet effet est un échec total pour ce qui est de délivrer de la nicotine, comme cela a été démontré dans une étude de l’Institut National du Cancer (National Cancer Institute). Recherche publiée dans le journal Tobacco Control [1].

Les cigarettes électroniques consistent en une batterie, de la chaleur et une cartouche contenant une solution de nicotine, de glycol de propylène et d’autres éléments chimiques, et ont été vendues avec l’argument commercial qu’elles délivraient de la nicotine sans les éléments toxiques du tabac. Bien qu’il n’existe aucune donnée publiée concernant sa sûreté et son efficacité, ces produits sont vendus par correspondance et sur internet. Les cigarettes électroniques ne sont toujours pas contrôlées, contrairement à d’autres produits qui délivrent de la nicotine aux fumeurs comme les pastilles, les gommes ou patches.

"Les consommateurs ont le droit d’attendre des produits qui délivrent une substance qu’ils soient sans danger et qu’ils fonctionnent tel que cela leur est promis. Nos résultats démontrent que les cigarettes électroniques que nous avons testées ne délivrent pas la substance qu’elles sont supposées délivrer. Ce n’est pas seulement qu’elles délivrent moins de nicotine qu’une cigarette. Plutôt, elles ne délivrent pas de nicotine du tout. En terme de délivrance de nicotine, ces produits sont aussi efficaces que tirer sur une cigarette non allumée" explique Thomas Eissenberg l’auteur de l’étude.

Selon Eissenberg, ces résultats sont importants parce qu’ils montrent pourquoi une régulation de ces produits est essentielle afin de protéger le bien-être et les droits des consommateurs. Avec une telle régulation, les consommateurs pourraient espérer que ces produits, et ceux similaires, soient évalués objectivement, puis étiquetés et emballés d’une façon qui soit consistante avec la substance qu’ils contiennent et les effets qu’ils produisent, dit-il.

"La régulation peut protéger les consommateurs des produits qui ne sont pas sûrs et qui sont inefficaces, mais ces produits ont jusqu’à maintenant évité toute régulation. Nos résultats suggèrent que les consommateurs qui sont intéressés par leur sécurité, et une délivrance efficace de nicotine, doivent être très prudents vis-à-vis des cigarettes électroniques" dit Eissenberg.

Dans l’étude d’Eissenberg, 16 participants ont été engagés dans quatre sessions différentes, chacune séparée de 48 heures, qui consistaient à fumer leur marque préférée de cigarettes, de fumer une cigarette non allumée, ou d’utiliser une des deux marques de cigarette électronique chargée force "haute" avec une cartouche de 16mg de nicotine. Eissenberg et son équipe ont mesuré les niveaux de nicotine dans le sang des participants, et aussi leurs pulsations cardiaques et les manques en nicotine pour une cigarette.

Ils ont observé que quand les participants utilisaient les deux marques de cigarettes électroniques, il n’y avait pas d’augmentation significative des niveaux de nicotine ni des pulsations, et une petite réduction du manque. Cependant, quand les participants fumaient leur marque de vraies cigarettes, on observait des augmentations substantielles et significatives de la nicotine plasmatique, des pulsations cardiaques, et des diminutions de leur manque.

- Petit traité de l’imposture scientifique. Aleksandra Kroh.


Références et notes :

[1] Evaluating the Acute Effects of Oral, Non-combustible Potential Reduced Exposure Products Marketed to Smokers. Tobacco Control Journal, C. Cobb, M. Weaver, T. Eissenberg.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |