Accueil du site > Psychologie > L’anxiété face à la mort augmente la croyance inconsciente en Dieu

L’anxiété face à la mort augmente la croyance inconsciente en Dieu

Le 2 avril 2012

Une étude suggère que quand des individus athées pensent à leur propre mort, ils deviennent plus consciemment sceptiques à propos de la religion, mais sont inconsciemment plus réceptifs aux croyances religieuses.

La recherche, du Département de Psychologie de l’Université d’Otago en Nouvelle-Zélande, publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology [1], a aussi découvert que quand les gens religieux pensent à leur mort, leurs croyances religieuses apparaissent se renforcer à la fois au niveau conscient et inconscient. Les chercheurs pensent que ces résultats pourront permettre d’expliquer pourquoi la religion est une caractéristique si durable de la société humaine.

Dans trois études, qui ont impliqué 265 étudiants, les participants religieux et non religieux ont été répartis au hasard dans un groupe soit "amorcé par la mort", soit de contrôle. Les participants du groupe qui a été amorcé ont dû écrire un texte sur leur propre mort, ceux du groupe contrôle devaient seulement regarder la télévision.

Dans la première étude, les chercheurs ont trouvé que les participants religieux qui avaient été amorcés par la mort ont consciemment rapporté avoir des croyances plus importantes dans les entités religieuses que les mêmes participants qui n’avaient pas été amorcés.

Les participants non religieux qui avaient été amorcés ont montré l’effet exactement opposé : ils ont rapporté une plus forte incroyance que leurs homologues non religieux du groupe de contrôle.

Jamin Halberstadt, co-auteur de l’étude, déclare que ces résultats sont en accord avec la théorie selon laquelle la peur de la mort pousse les gens à défendre leur propre vision du monde, et ce qu’ils soient religieux ou non.

"Cependant, quand nous avons étudié les croyances inconscientes des individus dans deux expériences suivantes, une image différente est apparue. Tandis que l’amorçage de la mort chez les participants religieux les a rendu plus sûrs de la réalité des entités religieuses, et a donc renforcé leurs convictions, les participants athées ont montré moins de confiance dans leur incroyance" explique le professeur Halberstadt.

Les techniques utilisées pour étudier les croyances inconscientes comprenaient une mesure de la rapidité avec laquelle les participants pouvaient affirmer ou nier l’existence de Dieu et des autres entités religieuses. Après avoir été amorcés par des pensées de mort, les participants religieux étaient plus rapides pour ce qui était de presser sur un bouton affirmant l’existence de Dieu, mais les participants athées étaient plus lents pour appuyer sur le bouton niant l’existence de Dieu.

"Ces résultats pourraient permettre de résoudre une partie du casse-tête en expliquant pourquoi la religion est une caractéristique si persistante et si répandue. La peur de la mort est une expérience humaine universelle, et les croyances religieuses sont suspectées jouer un rôle psychologique important pour éviter cette anxiété. Comme nous le montrons ici, ces croyances opèrent à un niveau à la fois conscient et inconscient, permettant même aux athées avérés d’inconsciemment prendre l’avantage sur eux."


Références et notes :

[1] Foxhole atheism, revisited : The effects of mortality salience on explicit and implicit religious belief. Jonathan Jong, Jamin Halberstadt, Matthias Bluemke, Journal of Experimental Social Psychology, 2012.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |