Accueil du site > Science > L’article sur la longévité retiré

L’article sur la longévité retiré

Le 28 juillet 2011

Un article controversé publié dans Science [1] qui affirmait avoir trouvé la clé pour prédire la longévité humaine a été retiré par ses auteurs.

Dans cet article, Paola Sebastiani et Thomas Perls, de l’Université de Boston et leurs collègues, avaient rapporté 150 variations génétiques qui pouvaient être utilisées pour prédire si une personne était susceptible de vivre jusqu’à 100 ans.

Ce retrait est consécutif à des mesures de contrôle par un laboratoire indépendant. Dans l’avis de retrait [2] Sebastiani explique : "nous pensons que les principales découvertes scientifiques restent valablement confirmées par les données disponibles… Cependant, les détails spécifiques de la nouvelle analyse ont substantiellement été modifiés de ceux qui ont été originellement publiées."

Selon une déclaration accompagnant le retrait public par Science : "Bien que les auteurs restent confiants sur leurs découvertes, Science a conclu sur la base d’un examen approfondit que l’article construit sur les données corrigées ne satisfaisait pas les standards du journal pour les études concernant le génome. Les auteurs ont de ce fait donné leur accord pour retirer le papier."

Les critiques de l’article ont commencé à poindre les jours suivant sa publication. Elles se focalisaient sur l’utilisation, par les chercheurs, des différents types de technologies servant à lire le génome pour en analyser les différents groupes de données, une incohérence technique qui pouvait conduire à des résultats positifs erronés. Science a pris la décision inhabituelle de publier un éditorial en novembre dernier [3] qui insistait sur un certain nombre de sujets de préoccupation concernant l’article.

Les scientifiques ont exprimé des doutes notamment sur l’hypothèse sous-jacente des chercheurs selon laquelle la longévité n’est qu’une simple caractéristique génétique, contrôlée par un nombre relativement petit de gènes. Des recherches précédentes [4] avaient suggéré que des facteurs environnementaux constituaient les déterminants principaux de la durée de vie qu’un individu est susceptible de vivre.

Malgré ces problèmes, Science a clairement expliqué qu’il n’y avait pas fraude de la part des chercheurs : "Les scientifiques ont travaillé sérieusement pour corriger ces erreurs dans l’article original, et nous regrettons que le résultat de la correction et du processus d’examen n’ait pas été plus favorable."

- Qu’est-ce que la science ? A.F. Chalmers.


Références et notes :

[1] Genetic Signatures of Exceptional Longevity in Humans. Science, 2011.

[2] http://www.sciencemag.org/content/333/6041/404.1

[3] Editorial Expression of Concern. Science, Vol. 330 no. 6006 p. 912.

[4] The heritability of human longevity : A population-based study of 2872 Danish twin pairs born 1870–1900. HUMAN GENETICS, Vol 97, N° 3, 319-323.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |