Accueil du site > Science > La boussole des pigeons voyageurs ne vient pas de la magnétite dans le (...)

La boussole des pigeons voyageurs ne vient pas de la magnétite dans le bec

Le 13 avril 2012

La théorie selon laquelle les fabuleuses aptitudes de navigation des pigeons, leur fameuse "boussole", proviendraient de cellules nerveuses riches en fer qui se trouvent dans leur bec a été réfutée par une étude publiée dans Nature [1].

L’étude a montré que les cellules riches en fer présentes dans le bec du pigeon sont en fait des cellules de globules blancs spécialisés, appelées des macrophages. Cette découverte, qui balaye le dogme établi, remet ce domaine de recherche en selle, car la chasse aux cellules magnétiques reprend de plus belle.

"Le mystère sur la façon dont ces animaux détectent les champs magnétiques redevient seulement plus obscure" dit le Dr David Keays, qui a dirigé l’étude. "Nous espérions trouver des cellules nerveuses magnétiques, mais contre toute attente nous avons trouvé des milliers de macrophages, chacune remplie de minuscules billes de fer."

Les macrophages sont une espèce de globules blancs qui jouent un rôle vital dans la défense contre les infections et le recyclage du fer provenant des globules. Elles ne sont pas impliquées dans la magnétoréception (le sens magnétique) car il ne s’agit pas de cellules excitables et ne peuvent pas produire de signaux électriques qui pourraient être enregistrés par les neurones, et de ce fait influencer le comportement du pigeon.

"Nous avons utilisé des techniques d’imagerie pour visualiser et cartographier la localisation des cellules remplies de fer dans le bec des pigeons" dit le Dr Mark Lythgoe.

La recherche d’un véritable mécanisme qui permet aux oiseaux migrateurs, ainsi qu’à plusieurs autres animaux, de réagir au champ magnétique de la Terre, et de naviguer dans leur environnement, est une énigme fascinante qui reste encore à résoudre.

"Nous n’avons aucune idée de l’importance de cette énigme, ni de ce à quoi elle peut ressembler, mais aujourd’hui nous sommes en mesure de retirer certaines pièces qui n’entraient pas dans le puzzle" dit le Dr Keays.


Références et notes :

[1] Clusters of iron-rich cells in the upper beak of pigeons are macrophages not magnetosensitive neurons. Christoph Daniel Treiber, Marion Claudia Salzer, Johannes Riegler, Nathaniel Edelman, Cristina Sugar, + et al. Nature.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |