Accueil du site > Nouvelles > La croyance en la sorcellerie toujours très répandue en Afrique

La croyance en la sorcellerie toujours très répandue en Afrique

Le 1er septembre 2010

Un sondage Gallup a trouvé que la croyance dans la magie est encore très répandue à travers l’Afrique sub-saharienne, avec la moitié des correspondants disant qu’ils croient personnellement en la sorcellerie. Des études dans 18 pays ont montré que la croyance différait (allant de 15% en Ouganda à 95% en Côte d’Ivoire), mais en moyenne 55% des habitants sondés croient en la sorcellerie.

Comme on pouvait s’y attendre, les personnes les plus âgées et les moins instruites ont rapporté le taux de croyance le plus élevé dans la sorcellerie, mais de façon intéressante une telle croyance était inversement associée au bonheur. Ceux qui croient dans la sorcellerie évaluaient leurs vies comme significativement moins satisfaisantes que ceux qui n’y croient pas.

Une des explications possibles est que ceux qui croient dans les sorciers (ères) sentent qu’ils ont moins de contrôle sur leur propres vies. Les personnes qui croient en la sorcellerie se sentent souvent comme étant les victimes de forces surnaturelles, par exemple, attribuant les accidents ou la maladie à la sorcellerie malfaisante, la magie noire, au lieu du hasard ou à des causes naturelles.

Une croyance culturelle dans la sorcellerie a des implications plus larges pour les Africains, depuis l’exécution des lois aux dons pour la santé publique. En Afrique, les médecins sorciers sont consultés non seulement pour soigner des maladies, mais aussi pour jeter des sorts à des rivaux. La magie (ou du moins la croyance dans la magie) est fréquemment utilisée pour des raisons personnelles, politiques ou financières.

La croyance africaine dans la sorcellerie a également provoqué de terribles meurtres et mutilations ces dernières années. En 2008, un groupe d’une centaine de jeunes hommes a tué huit femmes et trois hommes dans deux villages du Kenya. Les victimes étaient accusées de sorcellerie, d’avoir jeté un sort qui réduisait l’intelligence des enfants du village. Certains des sorciers et magiciens suspectés ont été coupés jusqu’à la mort avec des machettes, ou ont eu leur gorge tranchée avant que leurs corps soient brûlés.

En Afrique de l’Est, au moins 50 albinos ont été assassinés à cause de leur apparence en 2009 selon la Croix Rouge. Les bras, doigts, parties génitales, oreilles et sang des albinos sont très prisés sur le marché noir, cela dû à la croyance selon laquelle ils ont des pouvoirs magiques et sont utilisés en sorcellerie.

Sur un continent d’Africains à la peau noire, les albinos sont souvent sujets de peur, de haine ou ridiculisés. La pratique de l’utilisation de leurs membres dans des rituels magiques, ou pour porter bonheur, est appelée le muti. Des telles attaques sont particulièrement brutales, avec couteaux et machettes pour trancher les membres, corps et autres parties du corps de victimes hurlant à la mort, même des enfants.

Tandis que la croyance personnelle dans la magie et la sorcellerie pourrait sembler sans danger, les actions que certaines personnes font à partir de ces croyances ne le sont pas du tout.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |