Accueil du site > Psychologie > La pensée analytique mène à l’athéisme

La pensée analytique mène à l’athéisme

Le 27 avril 2012

Charles Darwin et Albert Einstein sont aussi connus pour leur incroyance en un Dieu surnaturel, tout comme de nombreux scientifiques de nos jours. Or, selon une étude publiée dans Science [1], il semble bien qu’il y ait une bonne raison à cela : le fait de penser de façon analytique diminue l’impact des croyances surnaturelles, en opposant apparemment les processus de la pensée intuitive qui les soutiennent.

La grande majorité des gens croit en un dieu ou en des dieux surnaturels, explique la psychologue sociale Ara Norenzayan, auteure de l’étude. Pourtant, il y a des centaines de milliers d’athées ou d’agnostiques qui n’y croient pas. Alors que les scientifiques ont commencé à étudier la psychologie de la croyance, nous en savons très peu à propos de ce qui cause l’incroyance.

Les êtres humains utilisent deux systèmes cognitifs distincts pour le traitement de l’information : un qui est rapide, émotionnel et intuitif, et un autre qui est plus lent et plus analytique.

Le premier système impute de façon innée des buts, des personnalités ou des états mentaux aux objets, ce qui conduit aux croyances surnaturelles. Les gens qui font plus confiance en la pensée intuitive sont plus susceptibles d’être des croyants, tandis que ceux qui sont plus analytiques le sont moins. Cela ne veut pas nécessairement dire que la pensée analytique cause l’incroyance, mais que le fait d’activer la pensée analytique peut dépasser le système intuitif, et vice-versa. Norenzayan a utilisé cela pour tester cette relation causale.

Un premier exemple était venu d’une autre étude réalisée par le neuroscientifique et philosophe Joshua Greene et ses collègues de l’Université de Harvard, publiée dans le Journal of Experimental Psychology [2]. Ils avaient demandé à des centaines de volontaires de répondre à trois questions faisait appel à des réponses intuitives qui s’avéraient être fausses. Par exemple, "une raquette de tennis et une balle coutent 1,10 euro au total. La raquette coute 1.00 euro de plus que la balle. Combien coûte la balle ?" Bien que 0,10 euro venait facilement à l’esprit (c’est la réponse intuitive), il fallait s’en remettre à une pensée analytique pour trouver la bonne réponse... qui est 0,05 euros.

Ceux qui avaient choisi des réponses plus intuitives à ces questions étaient plus susceptibles de rapporter avoir des croyances religieuses plus solides, même quand les chercheurs contrôlaient la variable du QI, les tendances politiques et d’autres facteurs.

L’amorce analytique

Ils ont demandé à 93 étudiants d’évaluer leurs propres croyances en Dieu, et dans d’autres agents surnaturels comme les anges. Puis, plusieurs semaines plus tard, ils sont passés par un "amorçage" de la pensée analytique : on leur a demandé de décoder des phrases qui comprennent des mots comme "réfléchir" et "rationnel", de lire des textes écrits dans des polices difficiles à lire ou seulement de regarder des images de la sculpture de Rodin, le Penseur.

Le groupe contrôle devait, quant à lui, réaliser une tâche moins analytique comme regarder le Discobole de Myron, lire certaines phrases contenant des mots comme "chaussures", ou lire des textes écrits dans des polices plus faciles à lire.

Puis, les chercheurs ont demandé aux étudiants d’évaluer de nouveau leurs croyances surnaturelles. Les étudiants qui avaient été exposés à l’amorçage analytique réduisaient systématiquement leurs croyances dans le surnaturel, quelque-soit le degré préalable de croyances. Et ceci était vrai pour 148 adultes testés.

La façon la plus simple d’expliquer ces effets, conclut l’équipe, est que si la pensée intuitive conduit à croire, la pensée analytique supprime ou outrepasse ce processus. Cela donne à la pensée analytique un rôle causal dans l’incroyance.

"Nos résultats suggèrent que la pensée analytique pourrait être une raison pour laquelle les scientifiques tendent à être athées" note Norenzaya. Ils montrent aussi que, comme les religieux le craignent, le fait d’être exposé à la science pourrait éroder la croyance, non pas seulement avec des découvertes scientifiques comme l’évolution, mais seulement en favorisant la pensée analytique.

Mais il est inutile que les laïcs commencent à mettre des copies du Penseur dans toutes les classes, car ce n’est pas si simple. "Beaucoup de choses favorisent les croyances religieuses", comme la peur de la mort. "Vous ne pouvez pas transformer un croyant dévot en athée seulement en encourageant la pensée analytique. D’autres facteurs maintiendront la croyance."

- Dieu, l’hypothèse erronée : Comment la science prouve que Dieu n’existe pas. Victor J. Stenger.


Références et notes :

[1] Analytic Thinking Promotes Religious Disbelief. Will Gervais, Ara Norenzayan, Science, Vol. 336 no. 6080 pp. 493-496.

[2] Divine Intuition : Cognitive Style Influences Belief in God. Amitai Shenhav ; David G. Rand, Joshua D. Greene, Harvard University ; Journal of Experimental Psychology : General.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |