Accueil du site > Science > La première expérience sur Twitter pour tester une croyance paranormale

La première expérience sur Twitter pour tester une croyance paranormale

Le 14 juin 2009

Par Richard Wiseman

La semaine dernière a été dirigée la première étude scientifique utilisant le service messagerie instantané Twitter, dans les traces d’une longue tradition d’utilisation des nouvelles technologies de communication afin de conduire des expériences avec une participation de masse.

L’expérience a examiné la vue à distance, la prétendue capacité psychique de "voir" des localisations à distance. Depuis les années 1970 aux années 1990, le gouvernement américain a dépensé des millions de dollars dans la recherche de ce phénomène, et certains avaient déclaré que les résultats confirmaient son existence. Étant profondément sceptique à propos des capacités paranormales, le réseau social Twitter nous offrait l’opportunité de conduire une étude à très grande échelle de vision à distance.

Des messages ont été envoyés sur Twitter annonçant l’étude. Plus de 7000 personnes se sont portées candidates.

Le premier essai était sans formalités, et exigeait que je voyage dans des endroits gardés secrets, puis que j’envoie des messages demandant aux participants de répondre en retour en donnant leurs sentiments, sensations, impressions et images concernant l’endroit où je me trouvais.

En guise de réponse, les participants décrivaient des collines verdoyantes, des aires de stationnement et des sculptures de formes étranges. Vingt minutes plus tard, j’envoyais un second message contenant l’adresse d’un site internet qui permettait à tout le monde de voir une photographie de la localisation (un barrage). Je demandais alors aux participants d’évaluer à la fois leur croyance dans le paranormal et le degré par lequel leurs pensées avaient correctement atteint la cible.

Plus de 1000 personnes ont participé, avec des croyants dans le paranormal qui déclaraient avoir des niveaux de correspondances très élevés entre leurs pensées et l’endroit réel où je me trouvais. La partie plus formelle de l’étude, qui a duré sur quatre jours, a testé le groupe dans son entier en tant que sujet psychique, et pour voir si les croyants surperformeraient les non croyants. Chaque jour, je voyageais en un endroit sélectionné au hasard, et demandais à tout le monde d’envoyer des messages décrivant leurs pensées et impressions à propos de ma localisation.

Dans la phase de jugement, on présentait aux participants cinq photographies, l’une d’elle montrant la vraie localisation et quatre leurres, puis on leur demandait de sélectionner la cible. La photographie qui recevait le plus de votes était considérée comme étant la décision du groupe.

Si le groupe avait des pouvoirs psychiques, la majorité aurait voté pour l’endroit correct. Dans le premier essai, je me trouvais dans un immeuble étonnant et de style très moderne. Malheureusement le groupe a voté pour des forets.

Dans le deuxième essai, je me trouvais sur un terrain de jeu, mais le groupe pensait que j’étais au pied d’un long escalier. Le troisième essai me localisait sous un étonnant baldaquin, le groupe a voté pour un cimetière.

Dans le dernier essais, je fixais attentivement une grosse boite aux lettres rouges. Le groupe croyait que je demeurais à côté d’un canal. Bref, les quatre essais ont été infructueux.

Lorsque j’ai analysé les croyants et les sceptiques séparément, les résultats étaient identiques, avec aucune différence entre les groupes.

Qu’est ce que cette expérience nous apprend ? Eh bien, l’étude ne confirme pas l’existence de la vision à distance, et elle suggère que ceux qui croient dans le paranormal sont seulement doués pour trouver des correspondances illusoires entre leurs pensées et une cible, ce qui explique peut-être pourquoi ils y croient. Aucune surprise donc.

Peut-être que le résultat le plus important a été de faire la démonstration que des milliers de gens sont heureux de participer à une telle étude. C’est aux scientifiques que revient maintenant le travail de trouver d’autres moyens intéressants d’utiliser ce nouvel outil de recherche.

- RichardWiseman is using Twitter.
- Petit traité de bizarrologie : La science derrière l’étrangeté de la vie quotidienne. Richard Wiseman.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |