Accueil du site > Psychologie > Le "câblage" du cerveau influence la personnalité

Le "câblage" du cerveau influence la personnalité

Le 24 novembre 2008

Les connections entre les nerfs est l’un des facteurs qui détermine si une personne sera favorable au changement, ou aura tendance à éviter la nouveauté.

Avez-vous un iPhone ? Aimez-vous changer de travail parce que vous vous ennuyez ? Allez-vous en vacances en différents endroits tous les ans ? Alors, peut-être votre connexion neurale entre le striatum ventral et l’hippocampe est-elle particulièrement bien développée. Les deux sont au centre du cerveau. Le système de récompense qui nous presse à agir est localisé dans le striatum, alors que l’hippocampe est responsable des fonctions spécifiques de la mémoire.

Chez les gens orientés vers l’innovation, ces deux centres semblent interagir parfaitement. Du moins est-ce l’hypothèse des scientifiques de Bonn, Michael Cohen et le Dr Bernd Weber [1]. Si l’hippocampe identifie une expérience comme étant nouvelle, il envoie alors un retour d’information correspondant au striatum. Certains neurotransmetteurs sont alors libérés qui provoquent des sentiments positifs. Chez les personnes qui cherchent sans cesse de nouvelles expériences, le striatum et l’hippocampe sont manifestement très bien câblés. Les deux chercheurs ont pu le montrer dans l’étude qu’ils ont publiée.

Une méthode qui révolutionne l’exploration du cerveau

Jusqu’à présent, il était très difficile de rendre visible le "câblage" cérébral d’un individu. "En principe, cela n’était possible qu’en utilisant des sections croisées du cerveau de personnes décédées, qui en plus devaient être colorées par des processus complexes" explique le Dr Weber. Grâce à une nouvelle méthode, c’est maintenant plus facile. Avec l’IRM moderne, vous pouvez déterminer dans quelle direction diffuser l’eau dans les tissus. Les fibres nerveuses sont un obstacle impénétrable pour les fluides des tissus. Ces "ruisseaux directionnels" d’eau sont visibles dans l’image en tomographie. "Avec cette méthode, qui ne doit plus rien au hasard, nous pouvons travailler sur des problèmes complètement nouveaux sur la fonction du cerveau" déclare Cohen avec enthousiasme.

Dans cette étude, les scientifiques de Bonn se sont focalises sur les connexions du striatum. En outre, les candidats de l’étude avaient à choisir les descriptions qui caractérisaient le mieux leur personnalité à partir d’un questionnaire, comme par exemple : "J’aime essayer des choses nouvelles juste pour m’amuser, comme un défi" ou "je préfère rester à la maison plutôt que voyager ou étudier de nouvelles choses."

En revanche, des descriptions comme "je veux faire plaisir aux autres autant que possible" ou "je me fous de savoir si les autres m’aiment ou aiment ce que je fais" visaient l’acceptation sociale. Ici aussi, les chercheurs ont noté un lien. "Plus la connexion entre le lobe frontal et le striatum ventral est forte, plus le désir de reconnaissance est distinctif" dit Weber. Ce qui n’est pas étonnant. Par exemple, on sait que les personnes qui ont un défaut au niveau du lobe frontal violent plus fréquemment les normes sociales.

Les scientifiques espèrent confirmer plus encore leurs résultats. Dans d’autres expériences, ils vont étudier si les gens qui se comportent différemment le doivent à des connexions différentes de leur cerveau.

- Cerveau et Psychologie. O. Houdé, B. Mazoyer, N. Tzourio-Mazoyer.
- Neurosciences. Collectif.
- Comprendre notre cerveau. J.-M. Robert.


Références et notes :

[1] Connectivity-based segregation of the human striatum predicts personality characteristics. Nature Neuroscience 23 Nov.2008.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |