Accueil du site > Psychologie > Le langage corporel : mythes et réalité

Le langage corporel : mythes et réalité

Le 10 avril 2013

McNeil n’est pas non plus convaincu par les déclarations rabâchées en public par les consultants ou autres "experts" sur l’importance des gestes des mains. On dit souvent, par exemple, que le fait de mettre les doigts des deux mains les uns contre les autres vous rend autoritaire et qu’une main ouverte est un signe d’honnêteté. Il déclare que ce sont des exemples de gestuelles métaphoriques qui ont les significations que les gens dans le management perçoivent, mais qu’elles ne se limitent pas à cela. En d’autres termes, ces "règles" bien connues de langage corporel sont arbitraires. Une main ouverte, par exemple, pourrait être une métaphore pour la confiance, mais cela pourrait aussi autant signaler qu’on porte quelque-chose. La gestuelle est ambiguë sans contexte et sans les signaux du langage parlé.

Jusqu’ici, notre approche scientifique n’a apporté que peu de support à ceux qui déclarent parler couramment la "langue du corps", mais il s’avère qu’il y a certains gestes que tout le monde comprend. Aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2008, des athlètes de toutes les cultures ont pris les mêmes postures quand ils gagnaient : les bras levés dans un large V, avec le menton levé. Cela est même vrai pour les athlètes qui sont aveugles de naissance, ce qui suggère que la pose de la victoire est innée, et non apprise par l’observation [4].Les postures de défaite semblent être aussi universelles. Presque tout le monde se voute les épaules en avant quand il perd.

En fait, si vous partez à la chasse aux signes de victoire et de défaite, il vaudrait mieux regarder le corps que le visage. Hillel Aviezer de l’Université de Princeton et ses collègues ont révélé que les expressions faciales des joueurs de tennis professionnels, quand ils gagnent ou perdent un point important, étaient si identiques que les gens n’arrivaient pas à les différencier. Cependant, le langage du corps était facile à lire, même quand le visage était masqué [5]

D’autres études indiquent que nous pouvons glaner d’importants indices sur les gens à partir de la façon dont ils bougent. Les hommes jugent la démarche et la danse d’une femme comme beaucoup plus sexy quand elle est dans la phase fertile de son cycle menstruel [6], ce qui suggère que le langage du corps d’une femme envoie le message qu’elle est prête à trouver un partenaire, qu’elle le réalise ou non (ou les hommes autour d’elle). En attendant, les femmes et les hommes hétérosexuels évaluent mieux les danses des hommes plus forts que celles des plus faibles, ce qui pourrait être une adaptation des femmes pour repérer d’éventuels partenaires et pour les hommes des concurrents potentiels.

Utiliser le langage corporel pour évaluer l’attirance sexuelle peut cependant être risqué. Karl Grammer de l’Université de Vienne en Autriche a trouvé une confirmation à la notion populaire selon laquelle les femmes signalent leur intérêt pour un homme en tournoyant leurs cheveux, en défroissant leurs vêtements, en hochant la tête et en le regardant dans les yeux. Mais il a aussi découvert qu’elles font le même nombre de signaux encourageants dans la première minute d’une rencontre avec un homme, et ce qu’elles l’apprécient ou non. Un tel flirt est un indice d’un réel intérêt s’il continue à durer plus de 4 minutes. Grammer interprète ceci comme un langage corporel féminin utilisé par ces dernières pour continuer à parler avec un homme jusqu’à ce qu’elles sachent s’il vaut la peine d’être connu.

Même quand il y a un consensus sur la façon dont le langage corporel doit être interprété, nous pouvons avoir tort, comme cela a été révélé dans une étude sur la démarche. Le psychologue John Thoresen de l’Université de Durham a filmé des gens qui marchaient, puis il a converti les images en points de lumière pour mettre en relief les membres en mouvement, tout en retirant toute l’information parasite sur la forme du corps. Il a trouvé que presque tout le monde jugeait une démarche en "roulant des mécaniques" comme indiquant une personne aventureuse, extravertie, chaleureuse et de confiance. Une démarche lente, relâchée et relax, d’un autre côté, était associée à une personnalité calme et imperturbable. Cependant, quand les chercheurs ont comparé les personnalités réelles des marcheurs aux hypothèses que les autres ont faites à leur sujet, ils n’ont trouvé aucune corrélation [7].

Ce que votre corps révèle réellement sur vous n’a donc aucune d’importance. Ce qui est important, c’est ce que les autres croient que cela veut dire de vous. Alors est-ce que ceci peut être manipulé ?

Feindre pour changer

Thoresen déclare qu’il serait sans doute possible de feindre une démarche de confiance. "Je n’ai pas de données pour le confirmer" dit-il, "mais je crois que les gens peuvent être entrainés à modifier la perception de leur personnalité". Il y a d’autres trucages corporels qui pourraient aussi aider à la gestion de l’impression. Par exemple, les gens lors des entretiens d’embauche qui restent assis, qui regardent dans les yeux, qui sourient et qui hochent de la tête pendant la conversation sont plus susceptibles d’avoir un job [8]. Ceux qui ont le regard errant et évitent de regarder dans les yeux, qui gardent la tête droite et ne changent pas leur expression sont plus susceptibles d’être rejetés. Si cela ne vient pas naturellement, le fait de consciemment adopter une pose de confiance, un sourire et les hochements de tête, tout en fixant son interlocuteur ne fera pas de mal, jusqu’à ce qu’on en fasse trop à en devenir effrayant.

Le fait de feindre le sang-froid et la confiance pourrait changer la façon dont les autres nous perçoivent, mais la psychologue Dana Carney de l’Université de Californie pense qu’on peut faire encore plus. Elle affirme que nous pouvons utiliser notre langage corporel pour nous changer nous-mêmes. Carney et ses collègues ont demandé à des volontaires de tenir une pose soit de "pouvoir" soit de "soumission" pendant 2 minutes. Les premiers étaient arrogants, en s’asseyant les pieds sur le bureau et les mains derrière la tête, et debout jambes écartées les mains sur les hanches, alors que les seconds se recroquevillaient pour prendre moins de place. Ensuite, ils ont joué à un jeu de pari où les chances de gagner étaient à 50/50, et les chercheurs ont analysé des échantillons de salive pour connaitre les niveaux de testostérone et de cortisol, respectivement hormones de "pouvoir" et de stress, dans leur corps.

Ceux qui avaient tenu les poses de pouvoir étaient beaucoup plus enclins à parier que ceux qui avaient tenu les poses de soumission (86% comparés à 60%). Mais pas seulement, la volonté de parier était associée à des changements physiologiques. Les poseurs du "pouvoir" avait une augmentation de la testostérone de 20% et une diminution de 25% du cortisol, tandis que les poseurs de la "soumission" affichaient une diminution de 10% de la testostérone et une augmentation de 15% du cortisol [9].

"Nous avons montré que vous pouvez réellement modifier votre physiologie" dit Carney. "Cela va au-delà de l’émotion, il y a quelque-chose de plus profond qui se passe". Le sentiment de puissance n’est pas seulement physiologique : une augmentation de la testostérone a été associée à une augmentation de la tolérance à la douleur. Ainsi, prendre une pose de pouvoir peut réellement vous rendre plus puissant. Et ce n’est pas la seule façon par laquelle le langage corporel peut influencer ce qu’on ressent. La chercheuse évoque les études qui montrent que le fait de rester assis droit comme un "i" conduit à des émotions positives, alors que rester assis courbé pousse à se sentir abattu. Il y a également des preuves que le fait de simuler un sourire vous rend plus heureux, alors que froncer les sourcils a l’effet opposé. Il existe même des éléments de preuve montrant que les individus qui ont eu des injections de botox, qui les empêchent de froncer, se sentent en général plus heureux [10].

Malgré ces résultats intéressants, si la science a montré quelque-chose c’est bien que nous devrions toujours questionner nos préjugés à propos du langage corporel. Même quand les gens de différentes cultures sont en accord sur la signification d’un mouvement ou d’un geste particulier, nous pouvons avoir tout faux. Comme les preuves s’accumulent, il pourra arriver un temps où nous pourrons façonner notre langage corporel pour manipuler habilement les messages que nous envoyons sur nous-mêmes. Pour l’instant, nos conceptions populaires peuvent être modifiées à la lumière de la science.

- Arrêtez de décoder. Pour en finir avec les gourous de la communication. Pascal Lardellier.


Références et notes :

[4] The spontaneous expression of pride and shame : Evidence for biologically innate nonverbal displays. Jessica Tracy, David Matsumoto. PNAS, 2008 vol. 105 no. 33 11655-11660.

[5] Body Cues, Not Facial Expressions, Discriminate Between Intense Positive and Negative Emotions. Science, Vol. 338 no. 6111 pp. 1225-1229.

[6] Women’s body movements are a potential cue to ovulation. Personality & Individual Differences, Volume 53, Issue 6, Oct. 2012, pp 759–763.

[7] First impressions : gait cues drive reliable trait judgements . Cognition. 2012 Sep ;124(3):261-71. doi : 10.1016/j.cognition.2012.05.018. 2012.

[8] Non-verbal behaviour and the outcome of selection interviews. Journal of Occupational Psychology. Volume 53, Issue 1, pages 65–72, 1980.

[9] Power Posing : Brief Nonverbal Displays Affect Neuroendocrine Levels and Risk Tolerance. Psychological Science, 2010.

[10] Botulinum toxin cosmetic therapy correlates with a more positive mood. J Cosmet Dermatol. 2009 Mar ;8(1):24-6. doi : 10.1111/j.1473-2165.2009.00419.x. Lewis MB, Bowler PJ.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |