Accueil du site > Psychologie > Le langage de la fraude

Le langage de la fraude

Le 3 septembre 2014

Diederik Stapel, le tristement célèbre "Hollandais menteur" qui a admis avoir inventé les données de douzaines d’articles de recherche en psychologie, a involontairement indiqué sa tromperie à travers le langage qu’il a utilisé. Tout comme il a gonflé les certitudes autour de ses résultats, Stapel incluait plus de termes relatifs à la science pour décrire ses méthodes quand il rédigeait ses "découvertes" frauduleuses que quand il rapportait ses véritables résultats.

Les chercheurs qui ont analysé les articles de Stapel déclarent qu’ils sont en mesure de séparer la recherche véritable de celle qui est fictionnelle avec une précision d’environ 70 % [1]. À ce jour, ils étudient un échantillon plus large d’articles provenant de différents fraudeurs scientifiques pour voir si leur méthode de détection fonctionne plus généralement.

L’équipe de Jeff Hancock à l’Université Cornell de New York avait déjà étudié le langage utilisé par les menteurs dans des situations comme les discours politiques et les rendez-vous en ligne. Quand les présidents des États-Unis faisaient de fausses déclarations par exemple, ils avaient tendance à utiliser des mots négatifs tels que "peur" ou "tragique" plus souvent.

Les révélateurs du langage

"Mentir est un acte très stressant" explique David Markowitz, un membre de l’équipe. "Cette anxiété transpire parfois dans le langage des individus."

Le contexte est important : quand les présidents mentent au sujet de la guerre, ils utilisent moins de pronoms personnels comme "je" et "moi". Mais les gens qui rédigent des profils en ligne trompeurs utilisent en réalité plus ces pronoms que ceux qui disent la vérité.

Markowitz et Hancock pensent qu’il pourrait y avoir des tics linguistiques qui signalent la tromperie en science. L’incroyable fraude de Stapel a fourni un terrain d’essai idéal. "Il a produit une énorme quantité d’écrits" dit le chercheur. "Et le fait qu’il ait été étudié si minutieusement nous fournit une opportunité unique."

Les deux scientifiques ont sélectionné 24 des articles de Stapel dont on sait maintenant qu’ils sont frauduleux, et 25 autres qui ont résisté à un examen officiel approfondi. Ils n’ont choisi que les articles dont Stapel était l’auteur principal, ce qui indique qu’il avait lui-même écrit l’article.

Stapel, qui travaillait à l’université Tilburg aux Pays-Bas, utilisait plus de mots "amplificateurs" comme "profondément" et "extrême" dans des articles frauduleux, et moins de "dépréciateurs" tels que "simplement" et "quelque peu". "Il essayait de surévaluer sa recherche frauduleuse" dit Markowitz, qui tente maintenant de voir si son modèle tient toujours la route pour d’autres scientifiques qui ont été obligés de retirer des articles frauduleux.

L’examen par la machine

Si cela fonctionne plus largement, il se pourrait que ce soit utile pour surveiller la littérature scientifique. Cela n’apportera pas de preuves fermes et définitives de fraude, mais cela pourrait aider à alerter ou à révéler quand des laboratoires de recherche publient des articles suspects, afin de déclencher un contrôle plus poussé.

Cependant, le taux actuel de faux positifs, qui se situe autour de 30 %, montre qu’il peut y avoir de nombreuses fausses routes. "Ce système n’est pas aussi fiable qu’un examen approfondi", dit le chercheur qui a développé un logiciel qui analyse les articles pour y déceler des traces de plagiats.

Pourtant, Markowitz espère qu’il sera possible d’améliorer la précision en utilisant des machines de reconnaissance, en utilisant des exemples d’articles frauduleux et de vrais articles pour entrainer l’algorithme à détecter les différences subtiles dans la manière dont ils sont écrits.

- La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique. William Broad.


Références et notes :

[1] Markowitz DM, Hancock JT, (2014). Linguistic Traces of a Scientific Fraud : The Case of Diederik Stapel. PLoS ONE 9(8) : e105937. doi:10.1371/journal.pone.0105937.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |