Accueil du site > Nouvelles > Les anciens amalgames dentaires ne sont pas toxiques

Les anciens amalgames dentaires ne sont pas toxiques

Le 1er février 2010

Les plombages dentaires les plus anciens contiennent une forme de mercure qui n’est pas susceptible d’être toxique.

Une étude, publiée dans le journal Chemical Research in Toxicology [1] sur la chimie de surface des plombages dentaires de couleur argentée à base de mercure, suggère que les formes superficielles de mercure pourraient être moins toxiques que ce qu’on croyait.

Dans cette étude, Graham George et ses collègues notent que les plombages à base de mercure, aussi appelés amalgames, ont été utilisé par les dentistes pour réparer les dents pendant plus d’un siècle. Ces dernières années, leur utilisation est devenue controversée évoquant des problèmes à cause de l’exposition supposée au mercure toxique.

Cependant, le mercure peut potentiellement exister sous différentes formes chimiques, chacune avec un niveau de toxicité différent. Avant ce compte-rendu, on en savait peu sur les modifications des formes chimiques du mercure dans les plombages avec le temps.

En utilisant une technique spéciale par rayons-X, les scientifiques ont analysé la surface de plombages en métal fraîchement préparés, et les ont comparés avec la surface de plombages plus vieux (d’environ 20 ans) provenant d’une clinique dentaire.

Les amalgames tous neufs contenaient du mercure métallique, qui peut être toxique. Cependant, les vieux amalgames contenaient une forme de mercure, appelée sulfate bétâ-mercurique ou metacinabre, qui est peu susceptible d’être toxique dans le corps. Les scientifiques ont trouvé que les surfaces de plombages dentaires semblaient perdre jusqu’à 95% de leur mercure avec le temps.

La perte de mercure potentiellement toxique des amalgames pourrait être due à l’évaporation, à l’exposition à certains types de produits d’hygiène dentaire, à l’exposition à certains aliments ou à d’autres facteurs. L’évaporation lente sur une période de temps relativement longue fait que les niveaux de mercure étaient trop faibles pour causer quelque dommage au corps.

- Les prêcheurs de l’apocalypse : Pour en finir avec les délires écologiques et sanitaires. Jean de Kervasdoué.


Références et notes :

[1] The Chemical Forms of Mercury in Aged and Fresh Dental Amalgam Surfaces. Chemical Research in Toxicology, 2009, 22 (11), pp 1761–1764.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |