Accueil du site > Suppléments > Les boissons énergétiques ne réduisent pas les effets de l’alcool

Les boissons énergétiques ne réduisent pas les effets de l’alcool

Le 16 janvier 2011

Les efforts marketing visant à encourager la vente de boissons "énergétiques" mélangeant de la caféine et de l’alcool, essayent souvent de séduire les jeunes en leur faisant croire que la caféine va effacer ou diminuer les effets sédatifs de l’alcool, et augmenter la vigilance et l’endurance.

Mais une étude, dirigée par des chercheurs de L’Ecole de Santé Publique de l’Université de Boston et du Centre des Études des Addictions de l’Université Brown, a découvert que l’addition de caféine et d’alcool, un mélange de Red Bull et de vodka par exemple, n’avait aucun effet pour ce qui était d’augmenter la performance dans un test de conduite, ni pour ce qui était d’améliorer l’attention ou les temps de réaction.

"Il apparait qu’il n’y a pas de bénéfices, ou très peu, issus de l’ajout de caféine à de l’alcool, dans le cadre de la réalisation d’activités qui exigent une attention soutenue, et qui nécessitent de prendre des décisions rapides et précises" dit l’étude publiée dans le journal Addiction [1].

"Les résultats de cette étude suggèrent que l’éducation du public, via les médias et des avertissements sur les étiquettes, devrait être considérée au regard de la sécurité des boissons alcoolisées caféinées, et que les instances de régulation devraient s’intéresser de près aux publicités des vendeurs de boissons alcoolisées caféinées, notamment quand ces derniers vantent les mérites de leurs produits comme étant un moyen d’augmenter la sécurité."

L’étude dirigée par Jonathan Howland, vient à point nommé alors que certains pays ont déjà pris des mesures contre ces boissons dites "énergétiques" qui mélangent alcool et caféine. Le Danemark a banni la vente de ce type de boissons, et le Canada et la Suède ont lancé des alertes sur ces mélanges de boissons énergétiques avec de l’alcool. En 2009, la Food & Drug Administration Américaine (FDA) avait fait une déclaration sur le manque de sécurité de ces boissons associant caféine et alcool, après que des enquêtes aient révélé que la consommation de tels breuvages était corrélée à des comportements à risque chez les étudiants.

Howland et ses collègues notent que tandis que les sociétés qui vendent des boissons énergétiques ne font pas explicitement de publicité affirmant que leurs produits pouvaient être mélangés à de l’alcool, des stratégies marketing orientées vers la jeunesse comprennent des déclarations selon lesquelles ces boissons pourraient "augmenter l’attention, l’endurance, la performance, la perte de poids et le plaisir, tout en réduisant la diminution de la performance provenant de la fatigue ou de l’alcool."

Dans cette étude, l’équipe de recherche a réparti 129 participants, âgés de 21 à 30 ans, au hasard dans quatre groupes : un groupe qui a consommé de la bière caféinée, un second qui a bu de la bière sans caféine, un troisième qui a consommé de la bière sans alcool caféinée et un quatrième qui a bu de la bière sans alcool et sans caféine. Ceux qui ont reçu de l’alcool ont atteint un niveau moyen d’alcool dans le sang de 0.12 g/L/h, au-delà du niveau légal.

Trente minutes après avoir bu, les participants ont été testés sur un simulateur de conduite, et dans un test d’attention/réaction soutenu.

Les résultats indiquent que la caféine n’annihile pas les effets délétères de l’alcool. Lors du test de conduite, les effets de l’alcool sur la performance étaient significatifs, mais l’ajout de caféine n’a pas fait de différence notable. Dans le test de l’attention soutenue et des temps de réaction, l’ajout de caféine n’a fait qu’une légère différence que l’étude considère comme "limite significative".

Le scientifique résume ainsi les résultats de son étude : "il est important que les buveurs comprennent que le fait d’ajouter de la caféine à de l’alcool n’améliore pas la sécurité."

La consommation de boissons énergétiques mélangées à de l’alcool a explosé depuis 2001, certains sondages ayant montré qu’un étudiant sur quatre avait déjà associé les deux. Certaines études ont trouvé que la caféine inversait les défauts de performances associés à l’alcool dans des tests sur le temps de réaction, sur l’attention et la vitesse psychomotrice, mais pas sur le taux d’erreurs. D’autres études avaient trouvé que la caféine n’impactait pas significativement les effets négatifs de l’alcool sur la coordination motrice.


Références et notes :

[1] The acute effects of caffeinated versus non-caffeinated alcoholic beverage on driving performance and attention/reaction time. Addiction, Vol 106, Iss 2, 2010, pp : 335–341, Jonathan Howland, Damaris Rohsenow, J. Todd Arnedt, Caleb Bliss, Sarah Hunt, Tamara Vehige Calise, Timothy Heeren, Michael Winter, Caroline Littlefield, Daniel Gottlieb.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |