Accueil du site > Nouvelles > Les conflits d’intérêt dans la promotion des thérapies hormonales

Les conflits d’intérêt dans la promotion des thérapies hormonales

Le 18 mars 2011

Il pourrait y avoir un lien entre le fait d’être payé par l’industrie du médicament pour faire des conférences, être consultant ou de la recherche, et la publication d’articles personnels d’apparence promotionnelle, à propos des traitements hormonaux pour la ménopause.

En outre, de telles publications pourraient encourager les médecins à continuer de prescrire ces thérapies aux femmes arrivées à l’âge de la ménopause. Ce sont les résultats d’une étude d’Adriane Fugh-Berman, de l’Université de Georgetown aux Etats-Unis, publiée dans PLoS Medicine [1].

Durant les trois dernières décennies, les hormones pendant la ménopause ont été lourdement proposées pour prévenir la maladie chez les femmes. Cependant, l’étude Women’s Health Initiative de 2004, qui avait enrôlé plus de 26000 femmes aux États-Unis, avait trouvé que les formules les plus populaires à base d’œstrogène-progestatif et d’œstrogène seul (souvent prescrites aux femmes vers l’âge de la ménopause) augmentaient le risque d’attaque, de thrombose veineuse, de démence et d’incontinence ; et la thérapie combinée augmentait aussi le risque de cancer du sein.

Deux ans après que les résultats de l’étude Women’s Health Initiative aient été publiés, une enquête sur plus de 700 gynécologues en exercice – les spécialistes qui prescrivent la majorité des thérapies hormonales de substitution – aux USA a trouvé que presque la moitié ne considérait pas les résultats de l’étude Women’s Health Initiative comme convaincants. Cette étude actuelle a étudié si la tonalité promotionnelle pouvait être identifiée dans les articles d’examen narratifs concernant le traitement hormonal de la ménopause.

Les auteurs ont réalisé une recherche exhaustive dans la littérature qui a identifié 340 articles pertinents publiés entre juillet 2002 et juin 2006 – les 4 années qui suivaient la fin de l’étude Women’s Health Initiative sur l’œstrogène-progestatif. Dix auteurs avaient publié entre 4 et 6 articles, 47 avaient publié entre 2 et 3 articles et 371 avaient publié un article chacun. Les chercheurs se sont concentrés sur les auteurs qui ont publié quatre articles ou plus dans la période des quatre ans après l’étude. Après que les noms et affiliations des auteurs aient été retirés, 50 articles ont été évalués indépendamment par trois lecteurs pour leur précision et tonalité scientifiques.

Bien que la plupart des articles soient scientifiquement précis, les thèmes communs des 50 articles comprenaient des arguments selon lesquels les résultats des études cliniques ne devraient pas guider le traitement des individus, et des suggestions selon lesquelles les risques associés aux traitements hormonaux ont été exagérés, et que les bénéfices des traitements hormonaux ont été démontrés ou le seront.

Sur les dix auteurs étudiés, huit ont reçu des honoraires pour faire des conférences, ou en tant que consultant pour le compte de fabricants de traitements de la ménopause, et 30 des 32 articles évalués comme faisant la promotion des traitements hormonaux ont été écrits par ceux avec ce genre de conflits d’intérêt. Les articles faisant la promotion de l’utilisation des thérapies hormonales de la ménopause étaient plus de deux fois plus susceptibles d’avoir été écrits par des auteurs ayant des conflits d’intérêts potentiels, que par des auteurs sans aucun conflit d’intérêts.

Les auteurs de conclure : "il pourrait y avoir un lien entre le financement de la recherche, des conférences et des consultations par l’industrie pharmaceutique et la publication d’articles promotionnels sur le traitement hormonal de la ménopause". Ils ajoutent : "les personnels de la santé devraient faire attention dès lors qu’ils choisissent de lire de tels articles."


Références et notes :

[1] Fugh-Berman A, McDonald CP, Bell AM, Bethards EC, Scialli AR, (2011). Promotional Tone in Reviews of Menopausal Hormone Therapy After the Women’s Health Initiative : An Analysis of Published Articles. PLoS Med, 8(3) : e1000425.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |