Accueil du site > Psychologie > Les êtres humains pourraient être "préparés" pour être créationnistes

Les êtres humains pourraient être "préparés" pour être créationnistes

Le 4 mars 2009

Certaines expériences en psychologie suggèrent que la religion pourrait bien ne pas être la seule raison faisant que les gens adhèrent au créationnisme ou à l’intelligent design.

Quelque soient leurs croyances religieuses, des adultes instruits et diplômés sont fréquemment d’accord avec des explications finalistes, mais fausses, à propos de phénomènes naturels.

"Le fait de croire en un but final en soi pourrait vous pousser à favoriser le créationnisme" explique Deborah Kelemen, psychologue à l’Université de Boston, qui a dirigé l’étude [1].

Kelemen a documenté le même genre d’erreur intellectuelle, appelée "téléologie confuse" chez les jeunes enfants. Les petits de 7 et 8 ans sont d’accord avec des déclarations téléologiques telles que "les rochers sont saillants pour que les animaux puissent se gratter eux-mêmes" ou "les oiseaux existent pour faire de la belle musique". Ces erreurs diminuent en même temps que les enfants font plus de science à l’école, et prennent connaissance des explications causales d’événements naturels.

Des questions brûlantes

Pour voir si l’instruction efface ces tendances téléologiques, ou si au lieu de cela elles représentent un mode "par défaut" de notre cerveau, Kelemen et sa collègue ont présenté à 230 étudiants d’université différentes déclarations téléologiques comme :

- les vers de terre font des tunnels pour aérer le sol
- les mites vivent sur la peau pour consommer les cellules mortes
- le soleil produit de la lumière pour que les plantes puissent réaliser la photosynthèse
- les tremblements de terre ont lieu parce que les plaques tectoniques doivent s’aligner.

Les étudiants voyaient une phrase flash sur un écran d’ordinateur, et avaient 5 ou 3,2 secondes pour répondre "vrai" ou "faux". Un troisième groupe n’avait pas de limite de temps.

Pour s’assurer que les étudiants faisaient attention et pouvaient lire rapidement, les chercheurs ajoutaient certaines déclarations évidentes : "les fleurs se fanent parce qu’elles sont déshydratées" ou "les gens achètent des aspirateurs parce qu’ils aspirent la saleté" par exemple.

L’échec de l’éducation

Un premier cycle d’expériences suggère que les adultes font plus d’erreurs téléologiques quand ils sont pressés par le temps que quand ils ne le sont pas. Pourtant, les psychologues ont aussi remarqué que, sans tenir compte du temps qu’ils avaient, les sujets avaient tendance à approuver de fausses déclarations impliquant que la Terre existait pour la vie. Comme par exemple : "La terre a une couche d’ozone dans le but de la protéger des rayons UV".

Un second cycle de tests, avec un nouveau groupe d’étudiants, a ajouté plus de questions biologiques et géophysiques afin d’examiner plus encore ces inclinaisons. Kelemen et A. ont aussi interrogé des volontaires sur leurs croyances religieuses.

Les participants sont de nouveau tombés d’accord avec de fausses affirmations téléologiques, particulièrement celles qui donnaient à la Terre un but pour la vie. Mais les non croyants faisaient autant ce genre d’erreurs que les étudiants religieux.

L’éducation a peu fait jusqu’à aujourd’hui pour réduire ces croyances erronées à propos du monde physique, dit Keleman. "Cela suggère que nous sommes explicitement mauvais en éducation scientifique, notamment avec les étudiants."

Tendances créationnistes

"Son travail suggère que le ’côté créationniste’ de l’être humain possède une immense influence simplement parce qu’il correspond à nos tendances naturelles" dit Paul Bloom psychologue à l’Université de Yale. "Je pense que cela a des implications expliquant pourquoi les gens sur terre sont, pour la plupart, créationnistes."

Pour cette raison, il n’est pas surprenant que des adultes non-croyants, et instruits, tombent aussi dans des explications finalistes. Beaucoup de personnes ne comprennent pas, ou pas beaucoup, l’évolution, et au lieu de cela considèrent l’évolution comme une croyance ou un point de vue culturel" dit Bloom.

Il se demande aussi si une éducation scientifique plus vaste pourrait réduire cette tendance à tomber dans des explications téléologiques. Kelemen réalise des expériences identiques sur des volontaires ayant une forte éducation scientifique, afin de voir s’ils tombent dans les mêmes erreurs de raisonnements infantiles.

- La théorie de l’évolution : Et pourquoi ça marche (ou pas). Cynthia-L Mills.
- Les Créationnismes : Une menace pour la société française ? Olivier Brosseau.
- Qu’est-ce que l’évolution ? Le fleuve de la vie. Richard Dawkins.


Références et notes :

[1] The Human Function Compunction : Teleological explanation in adults Cognition, Vol. 111, Iss. 1, Avril 2009, pp 138-143.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |