Accueil du site > Psychologie > Les faux souvenirs affectent le comportement

Les faux souvenirs affectent le comportement

Le 20 août 2008

Connaissez-vous quelqu’un qui se souvient de ses premiers jours en jardin d’enfants ? Ou d’un voyage réalisé pendant l’enfance ? Tandis que certaines personnes sont capables de se rappeler des détails triviaux de leur passé, une recherche a montré que la mémoire humaine peut être remarquablement fragile et même inventive.

En réalité, les gens peuvent facilement créer des faux souvenir de leur passé, et une nouvelle étude montre que de tels souvenirs peuvent avoir des effets à long terme sur notre comportement.

Les psychologues Elke Geraerts de l’Université de St. Andrews, Daniel Bernstein de l’Université de Washington, Harald Merckelbach, Christel Linders et Linsey Raymaekers de l’Université de Maastricht, ainsi qu’Elizabeth Loftus de l’Université de Californie ont découvert qu’il est possible de changer les comportements à long terme en utilisant une simple technique suggestive.

Dans une série d’expériences, les chercheurs ont faussement suggéré à des participants qu’ils étaient tombés malades, quand ils étaient enfants, après avoir mangé une salade aux oeufs. Ensuite, les chercheurs ont offert différents types de sandwiches aux participants, y compris ceux avec des oeufs et de la salade. Quatre mois plus tard, on demandait aux mêmes participants de participer à une autre étude dans laquelle ils devaient évaluer la salade aux oeufs parmi d’autres aliments. On leur donnait ensuite le même type de sandwiches que quatre mois plus tôt.

De façon intéressante, les participants à qui on avait dit qu’ils étaient tombés malades étant enfants après avoir avalé une salade aux oeufs, ont montré un changement d’attitude et de comportement distincts face à ce genre de nourriture après l’expérience. Non seulement ils donnèrent la plus mauvaise évaluation à cette nourriture que les participants qui n’avaient pas développé de faux souvenirs, ou qui étaient dans le groupe contrôle, mais ils ont aussi évité les sandwiches aux oeufs-salade plus que tous les autres participants quatre mois plus tôt.

Les résultats, publiés dans l’édition d’août du journal Psychological Science [1], indiquent clairement que les fausses suggestions, à propos d’événements qui auraient eu lieu pendant l’enfance, peuvent profondément changer les attitudes et les comportements des gens, notent les auteurs.

Ces résultats ont des implications importantes pour ce qui est de l’authenticité des comptes-rendus d’expériences de souvenirs retrouvés. Alors que d’autres recherches ont indiqué que les souvenirs spontanés peuvent être le reflet de véritables souvenirs d’abus, il n’existe pas de telle preuve de véritables souvenirs d’abus retrouvés par le biais d’une thérapie suggestive. Les résultats pourraient aussi influencer les traitements contre l’obésité et les choix de régimes. Les auteurs suggèrent qu’il serait possible d’apprendre à certaines personnes d’éviter certaines catégories d’aliments, en leur faisant croire qu’ils ont vécu de mauvaises expériences pendant leur enfance.

Mais surtout, cette étude démontre clairement que de fausses suggestions à propos d’événements de l’enfance sont capables de changer profondément les comportements des individus. Elle pourrait aussi éclairer le comportement de ceux qui affirment avoir vécu une expérience "paranormale", "spirituelle intense" voire un enlèvement par des extra-terrestres durant leur enfance.

- La mémoire. Elisabeth Loftus.
- Le syndrome des faux souvenirs. Elizabeth Loftus, Katherine Ketcham.


Références et notes :

[1] Lasting False Beliefs and Their Behavioral Consequences. E. Geraerts, D. Bernstein, H. Merckelbach, C. Linders, L. Raymaekers, E. Loftus. Psychological Science.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |