Accueil du site > Le Guide Alternatif > Les manipulations contre la colique infantile

Les manipulations contre la colique infantile

Le 12 décembre 2012

Une revue des études réalisées par Cochrane [1] sur les thérapies de manipulation contre la colique suggère que cette technique de traitement pourrait apporter certains bénéfices.

La colique infantile est un problème pénible, qui se caractérise par des cris d’enfants incessants et qui est le sujet de consultation le plus fréquent chez les médecins dans les 16 premières semaines de la vie d’un enfant.

Il est habituellement considéré comme un trouble bénin parce que les symptômes disparaissent généralement dès l’âge de 5 à 6 mois. Cependant, le degré de détresse causé aux parents et à la vie de famille est tel que les médecins ressentent souvent le besoin d’intervenir. Certaines études suggèrent qu’il n’y a pas d’effet prolongé sur l’enfant, mais que ses coûts s’élèvent à quelques millions tout de même.

Il a été proposé que certaines techniques de manipulation douces et lentes, comme celles réalisées par des ostéopathes ou des kinés, puissent réduire sans risques les symptômes associés à la colique infantile, et surtout la durée des pleurs insupportables. Cependant, les techniques ont aussi été critiquées par ceux qui affirment qu’il n’y a pas de preuves qu’elles aient un effet sur les enfants et qu’elles pourraient même être dangereuses.

L’analyse, publiée par la Cochrane Library, a évalué six études randomisées qui ont impliqué un total de 325 enfants qui ont reçu un traitement de manipulation ou qui étaient dans un groupe contrôle sans manipulation.

Cinq des six études ont mesuré le nombre de bébés qui souffraient de colique et qui pleuraient chaque jour, et leurs résultats suggèrent que les pleurs ont été réduits en moyenne d’une heure et 12 minutes par jour grâce au traitement, ce qui était statistiquement significatif.

Cependant, dans les nombreuses études passées en revue, les parents savaient si leur enfant recevait le traitement ou s’il ne le recevait pas, ce qui veut dire qu’il demeure une incertitude à propos de la solidité et la fiabilité de ces conclusions. Les études n’étaient pas en double aveugle, le bénéfice d’un massage est évident par rapport à pas de massage du tout pour ce qui concerne le bien-être en général.

Le recours aux thérapies de manipulation n’a cependant pas pour résultat qu’un nombre plus grand de parents aient rapporté une guérison complète de leur enfant des coliques, notamment dans les trois études où ces données étaient disponibles.

Le Professeur George Lewith de l’Université de Southampton commente : "la majorité des études inclues indiquent que les parents des nourrissons qui reçoivent des techniques de manipulation ont rapporté moins d’heures de pleurs par jour que les parents dont les nourrissons n’ont pas été massés. La différence est significative et importante pour ces familles qui vivent dans ces conditions. Les études qui l’ont montré étaient de faible échantillon, et elles n’ont pas montré d’effets secondaires notables de ces traitements".

"Cependant, nous reconnaissons que l’ensemble des études de notre analyse est petit et enclin aux défauts, ce qui signifie que l’on ne peut rien en conclure définitivement sur l’efficacité des thérapies de manipulation pour la colique infantile."

"Il faudrait plus de recherches dans ce domaine pour pouvoir trancher en faveur de la pratique, mais surtout des études en aveugle, qui sont très difficiles à réaliser sur des enfants si jeunes, en espérant que notre analyse sera cet élément déclencheur".


Références et notes :

[1] Manipulative therapies for infantile colic. Dawn Dobson , Peter LBJ Lucassen , Joyce J Miller , Arine M Vlieger , Philip Prescott, George Lewith. The Cochrane Library.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |