Accueil du site > Suppléments > Les pilules de vitamines B sans effet contre les maladies cardiovasculaires.

Les pilules de vitamines B sans effet contre les maladies cardiovasculaires.

Le 7 octobre 2009

Les suppléments de vitamine B ne devraient pas être recommandés dans le cadre de la prévention contre les maladies cardiovasculaires, disent des scientifiques. Une revue systématique Cochrane [1] a montré que ces suppléments ne réduisaient pas le risque de développer ni de décéder de la maladie.

"Il n’y a aucun élément de preuve supportant l’utilisation des vitamines B sous forme de suppléments pour réduire le risque de crise cardiaque, d’attaque ou de décès associé à une maladie cardiovasculaire" affirme le chercheur Arturo Martí-Carvajal du Réseau Cochrane Ibéro-américain au Venezuela. "Et il est important de remarquer que, bien que n’ayant pas trouvé d’effet positif, ce genre d’études est extrêmement important pour ce qui est de déterminer les facteurs qui influencent le risque de développer et de décéder de cette maladie, qui est la cause numéro un des décès dans le monde de nos jours."

Certaines vitamines B, tout spécialement la B12, B9 (acide folique) et la B6, influencent les niveau d’un acide aminé dans le sang appelé l’homocystéine. De hauts niveaux de cette molécule sont associés à une augmentation du risque de maladie cardiovasculaire. Il a été suggéré que donner des suppléments de vitamine B pouvait aider à réguler les niveaux d’homocystéine, et de ce fait réduire le risque de maladie cardiovasculaire et de décès.

Mais selon les chercheurs, il n’existe aucun fondement scientifique à cette théorie.

La revue comprend huit essais impliquant un total de 24 210 personnes. Aucune des huit études prise individuellement ne confirme l’idée que donner des suppléments de vitamine B pouvait empêcher les maladies cardiovasculaires. Prises ensembles, les données montrant que les suppléments de vitamine B, qu’ils soient comparés à des placébos ou en utilisation médicale standard, n’ont aucun effet sur l’incidence des crises cardiaques, des attaques ou des décès associés aux maladies de cœur.

"La prescription de ces suppléments ne peut plus être justifiée, à moins que de nouveaux éléments de preuve, tirés d’études de bonne qualité et sur un large échantillon de personnes, ne viennent contredire nos conclusions. Il y a actuellement trois études en cours qui soit consolideront, soit contrediront ces conclusions" ajoute Martí-Carvajal.

- Nutrition et risques alimentaires. Cahiers de l’AFSSA. Collectif.


Références et notes :

[1] Homocysteine lowering interventions for preventing cardiovascular events. Cochrane Database of Systematic Reviews, 2009, Iss 4. Art. No. : CD006612

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |