Accueil du site > Psychologie > Les théoriciens du complot conspirent

Les théoriciens du complot conspirent

Le 4 mai 2011

Une étude de l’Université du Kent a montré que les théories de la conspiration – comme celles qui entourent la mort de la Princesse Diana par exemple – sont plus susceptibles d’être crues par des individus qui sont eux-mêmes disposés à comploter.

Dans un article publié dans le British Journal of Social Psychology [1], les Dr Karen Douglas et Robbie Sutton, deux chercheurs en psychologie, ont découvert que – en accord avec le processus psychologique qu’on appelle "la projection" – la perception d’un individu selon laquelle "je le ferais" informe sur sa perception d’"ils l’ont fait".

La recherche montre que le transfert des théories conspirationnistes est influencé par le désir personnel de conspirer, d’après les réponses de 250 étudiants anglais à 17 conspirations supposées connues, comme l’"assassinat" de la Princesse Diana et de John Kennedy, le "canular" du pied sur la Lune et l’orchestration des attaques du World Trade Center le 11 septembre 2001 par le gouvernement américain.

Dans la première étude, on a demandé aux participants s’ils auraient personnellement joué un rôle dans de telles conspirations s’ils avaient été en position de le faire. Comme par exemple : "si vous étiez dans la position du gouvernement, auriez-vous lancé l’attaque contre les tour jumelles ?" Plus les participants indiquaient une volonté de comploter, et plus ils trouvaient ces mêmes théories du complot plausibles, intéressantes et dignes de valeur.

Les chercheurs ont aussi découvert que les participants qui étaient fortement machiavéliques – définis comme ceux désireux d’exploiter les autres pour un gain personnel – étaient plus susceptibles d’indiquer leur désir de comploter, et donc étaient plus enclins à croire dans les théories conspirationnistes.

Dans la seconde étude, on a demandé à la moitié des participants de se souvenir d’une époque pendant laquelle ils avaient aidé quelqu’un. L’équipe de recherche prétendait que cela augmenterait temporairement le sens moral des participants. Comme attendu, ces participants, comparés à un groupe contrôle, étaient moins enclins à conspirer, et donc moins susceptibles de prendre les théories du complot au sérieux.

"Nous voulions tester une nouvelle explication de la raison faisant que les théories du complot sont si populaires à l’époque d’internet, ou les gens ont accès à toutes sortes de sources d’information variées et souvent contradictoires" explique le Dr Douglas. "Nous avons découvert que dans leur quête d’explications dans de telles conditions incertaines et confuses, les gens font partiellement confiance dans la projection – l’hypothèse selon laquelle les autres se comporteraient plutôt comme eux le feraient."

"Nous ne disons cependant pas que tous les théoriciens de la conspiration sont immoraux, ou qu’ils en sont arrivés à croire ce qu’ils croient grâce à des projections. Il est important de noter que d’autres facteurs pourraient conduire les gens à croire dans les théories du complot. Aussi, notre recherche ne dit rien sur la vérité ou la plausibilité de ces théories. Cependant, ce que nous avons montré, c’est qu’une raison pour laquelle des gens approuvent les théories conspirationnistes vient de ce qu’ils projettent leurs propres tendances morales sur de prétendus conspirateurs" conclut-elle.

- L’imaginaire du complot mondial : Aspects d’un mythe moderne. Pierre-André Taguieff.
- La société parano : Théories du complot, menaces et incertitudes. Véronique Campion-Vincent.


Références et notes :

[1] Does it take one to know one ? Endorsement of conspiracy theories is influenced by personal willingness to conspire. Karen M. Douglas, Robbie M. Sutton, British Journal of Social Psychology.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |