Accueil du site > Le Guide Alternatif > Les traitements alternatifs contre l’arthrite sont inefficaces

Les traitements alternatifs contre l’arthrite sont inefficaces

Le 11 janvier 2013

L’organisation de recherche médicale Britannique Arthritis Research a financé un grand projet de recherche [1] sur plusieurs années pour passer en revue la littérature et évaluer les données des études disponibles concernant le traitement de l’arthrite par les thérapies alternatives. Cette étude a passé en revue 25 types de thérapies dont l’acupuncture, la technique Alexander, l’aromathérapie, l’entrainement autogène, le biofeedback, la chiropratique, les bracelets en cuivre, la thérapie carniosacrée, les cristaux, la méthode Feldenkrais, la kinésiologie appliquée, l’hypnose, la magnétothérapie, les massages, la méditation, la musique, l’ostéopathie, le QI gong, la réflexologie, le Shiatsu, le Tai Chi et le Yoga.

"Soit il n’y a pas de preuve qu’ils sont efficaces, soit il y a des éléments de preuve montrant qu’ils ne sont pas efficaces", déclare l’auteur principal de cette étude, le Dr Gareth Jones. "Il est important de noter que nous ne disons pas seulement que ces traitements ont été peu étudiés, mais que pour tous ceux qui ont été étudiés, les preuves sont mitigées ou bien ont montré un manque évident d’efficacité", ajoute-t-il.

Seuls très peu de traitements ont montré être efficaces. Dans le cas de l’arthrite rhumatoïde, 24 études ont été incluses dans l’analyse avec un total de 1500 patients. La totalité des preuves n’a pas réussi à apporter des éléments de preuve convaincants qu’une forme de thérapie alternative soit efficace contre cette condition particulière.

Pour ce qui est de l’arthrose, 53 études sur un total de 6000 patients environ étaient disponibles. Seules deux thérapies ont montré avoir un peu d’efficacité : le Tai chi et l’acupuncture.

50 essais ont été analysés pour environ 3000 patients souffrant de fibromyalgie. Les résultats ont apporté des preuves plutôt faibles en faveur d’une efficacité du Tai chi et des thérapies de relaxation, tout comme des preuves un peu plus concluantes pour l’acupuncture et les massages.

Les maux de dos, lombalgies ont attiré plus de recherches que pour les autres maladies : 75 études et 11600 patients environ. Les éléments de preuve pour la Technique Alexander, l’ostéopathie et les thérapies de relaxation étaient prometteurs mais peu convaincants, et des preuves relativement correctes supportent le yoga et l’acupuncture.

La majorité des experts déclarent que les thérapies en question ne sont pas risquées, mais qu’il y avait deux exceptions majeures cependant pour l’ostéopathie et la chiropraxie. Pour ces deux thérapies, le rapport note l’existence d’effets secondaires légers fréquents, tout comme d’autres plus graves mais plus rares.

Étant donné que tous les ostéopathes et chiropracteurs gagnent leur vie en traitant leurs patients pour des problèmes musculo-squelettiques, le compte-rendu embarrasse ces deux professions. Les conclusions sont très claires :

Il y a de sérieux doutes concernant l’efficacité de la chiropraxie contre les pathologies étudiées ici : les preuves des études suggèrent que ce n’est pas un traitement efficace contre la fibromyalgie et qu’il y a peu de preuves qu’elle soit efficace contre l’arthrose et les lombalgies. Il n’y a actuellement aucune preuve pour ce qui est de l’arthrite rhumatoïde.

Les praticiens vont sans doute arguer en disant que cette analyse concernant les lombalgies entre en contradiction avec les recommandations NICE [2]. Les chercheurs expliquent que depuis que les recommandations NICE ont été publiées, de nouvelles preuves ont vu le jour qui étaient toutes négatives. Une revue Cochrane [3] récente a par exemple conclu que la manipulation de la colonne vertébrale n’était pas plus efficace contre les lombalgies que le repos, que des thérapies de manipulation simulées ou comme intervention annexe.

L’autre explication étant que le panel d’experts qui a rédigé les recommandations n’était pas assez impartial vis-à-vis de la chiropraxie, et en est arrivé à des faux positifs ou à des conclusions trop optimistes.


Références et notes :

[1] Complementary and alternative medicines or the treatment of rheumatoid arthritis, osteoarthritis and fibromyalgia & Practitioner-based complementary and alternative therapies for the treatment of rheumatoid arthritis, osteoarthritis, fibromyalgia and low back pain.

[2] Low back pain : Early management of persistent non-specific low back pain. National Institute for Health and Clinical Excellence

[3] Spinal manipulative therapy for acute low-back pain. Sidney Rubinstein, Caroline Terwee, Willem Assendelft, Michiel de Boer, Maurits van Tulder. The Cochrane Library.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |