Accueil du site > Science > Pour maigrir, il suffit de manger moins !

Pour maigrir, il suffit de manger moins !

Le 1er mars 2009

Il existe foison de régimes plus ou moins populaires désirant vous faire maigrir avec leurs techniques alimentaires propres. Ces régimes mettent l’accent sur les nutriments les composant : lipides, protéines et hydrates de carbone, en les considérant comme l’élément clé du régime.

Par exemple, le régime Atkins met, quant à lui, l’accent sur l’absence de sucres tout en laissant faire au niveau des lipides. D’autres régimes se disent "hyperprotéinés" dont le leitmotiv est les protéines pour réduire les autres nutriments (hydrates de carbone et graisses) dans le but de vous faire fondre.

Malgré l’absence de preuves scientifiques établissant que tel ou tel régime est plus efficace qu’un autre, les médias, et notamment la presse féminine, s’emparent régulièrement de ces nouveaux régimes à la mode pour les porter aux nues. Ces articles ne font que reprendre des études trop petites et de mauvaise qualité afin de confirmer leur point de vue.

Pourtant, une étude a été publiée dans le très sérieux New England Journal of Medicine [1], référence en matière médicale, qui a comparé différents types de régimes dans leur composition, et qui a établi que les nutriments qu’on avale importaient peu, mais que tout se jouait en réalité dans l’équilibre entre le total de calories absorbées et celles dépensées.

Les auteurs de cette étude résument ainsi les recherches antérieures :

Des échantillons trop petits, une sous-représentation des hommes, une généralisation limitée, un manque de vérification en aveugle des résultats, l’absence de données sur le suivi des régimes assignés et une grande perte de suivi ce qui limitait l’interprétation de nombreuses études. La nouveauté du régime, l’attention des médias et l’enthousiasme des chercheurs pouvait en outre affecter l’adhésion des participants à tout type de régime.

L’argument sur lequel de nombreux régimes miracles s’appuient est celui affirmant que leurs régimes réduisent la sensation de faim, ce qui vous permettrait de modérer plus facilement la consommation de calories. Cela est sans doute plausible, mais de nouveau le problème était simplement que les données ne montraient pas un effet important.

Peut-être qu’un effet à court terme existe avec un régime du genre Atkins, faible en hydrates de carbone, mais aucune étude n’a démontré un avantage persistant dans le temps au-delà de 6 mois. Dans la plupart de ces études, au bout d’un an tout le monde se retrouvait au même niveau, avec un petit peu de poids de perdu et des différences entre les régimes suivis ou s’atténuant.

Ce qui manquait, afin de mettre fin à toute controverse, était une grande étude à long terme avec un long suivi dans le temps. C’est précisément ce qu’a fait cette étude dont voici la méthode :

811 adultes ont été assignés au hasard à l’un des quatre régimes, les pourcentages énergétiques provenant des lipides, protéines et hydrates de carbone dans les quatre régimes étaient de 20, 15 et 65% ; 20, 25 et 55% ; 40, 15 et 45% et enfin 40, 25 et 35%. Les régimes consistaient en des aliments identiques tout en respectant certaines directives en matière de santé cardiovasculaire. On donnait aux participants des séances d’instruction en groupe et individuellement pendant 2 ans.

Le principal résultat était un changement du poids corporel après 2 années de comparaison factorielles entre les groupes.

Un suivi de deux ans est significatif et assez long pour confirmer ou infirmer tout effet à court terme (de l’ordre de quelques mois). Après tout, ce que les gens veulent et ce qui est important pour la santé est de pouvoir contrôler son poids sur le long terme. Les résultats sont faciles à résumer : aucune différence dans les quatre groupes. Qu’il s’agisse du groupe avec peu de lipides contre celui en ayant beaucoup, celui faible en hydrates de carbone contre celui en ayant le plus, le groupe "hyperprotéiné" contre celui le plus réduit en protéines : aucune différence.

La perte de poids est uniquement corrélée au respect du régime et surtout à la restriction calorique qui lui est associée. Les auteurs de conclure :

"Les régimes réduisant l’apport calorique résultent en une perte de poids cliniquement significative, et ce sans tenir compte des macro nutriments qu’ils mettent en avant."

L’étude a également trouvé que la restriction calorique et la perte de poids étaient corrélées à une amélioration du profil lipidique (cholestérol, triglycérides, HDL cholestérol et LDL cholestérol). Ce qui n’est pas surprenant et est cohérent avec les études précédentes.

Avec cette étude, les gourous du régime n’ont qu’à bien se tenir. Inutile de passer à la caisse pour se procurer le dernier livre sur le régime à la mode, il suffit de réduire son apport calorique. Pour maigrir, il faut manger moins, point !

Évidemment, dans ce domaine comme dans celui de la santé et des pseudo-médecines, il y aura toujours un collègue, une amie, un frère ou une voisine pour vous affirmer que cela a marché pour lui ou elle, que la perte de poids était réelle, que le gourou a raison. Mais pour combien de temps ? Le poids de la preuve tend à se limiter à son lopin de terre, à son petit cas personnel sans prendre en compte les résultats d’études sérieuses et à long terme. Car ce même collègue, amie, frère ou voisine restera étrangement muet dès que les kilos perdus réapparaîtront (ce qui est la majorité des cas) !

Le plus difficile sera bien entendu de modifier durablement ses habitudes alimentaires face à l’épidémie d’obésité qui pointe. Et de tenir le coup ! A ce sujet, aucune étude n’est encore venue apporter de réponse irréfutable, sinon que le sport peut être une excellente réponse.

- Maigrir, le Grand Mensonge. Jean-Michel Cohen.
- N’avalons pas n’importe quoi ! (Comment l’industrie alimentaire s’engraisse en nous vendant de l’allégé, de l’enrichi, du sans-sucre). Fabiola Flex.


Références et notes :

[1] Comparison of Weight-Loss Diets with Different Compositions of Fat, Protein, and Carbohydrates. New England Journal of Medicine. Vol. 360:859-873. 26 Fev. 2009 N° 9.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |