Accueil du site > Psychologie > Pourquoi croit-on au Père Noël ?

Pourquoi croit-on au Père Noël ?

Le 9 décembre 2008

Selon une analyse de Serge Larivée de l’Université de Montréal, avoir des enfants qui croient qu’il existe un homme jovial tout vêtu de rouge qui les visite le jour de Noël n’est pas bien grave, même si certains parents peuvent sentir qu’ils mentent ouvertement à leurs enfants.

"Quand ils apprennent la vérité, les enfants acceptent les règles du jeu et font même comme leurs parents, en laissant leurs enfants croire au Père Noël" dit Larivée, professeur à l’Université. "Cela est devenu un rite de passage déterminant la fin de la période de l’état de bébé."

Larivée, avec sa collègue Carole Sénéchal de l’Université d’Ottawa, ont examiné une étude datant de 1896 ayant impliqué 1500 enfants âgés de 7 à 13 ans, étude reproduite en 1979. Plus de 46% des enfants en 1896 et 44% en 1979 ont progressivement découvert tous seuls que le Père Noel n’existait pas.

Les études ont aussi analysé la réaction des enfants une fois qu’ils ont découvert que le bonhomme rouge n’était pas vrai. Plus de 22% dans l’étude de 1896 ont admis avoir été trompés à comparer à 39% en 1979. Mais seulement 2% et 6% respectivement se sont sentis trahis.

"Le résultat constant des deux études était que les enfants découvrent en général que le Père Noel n’existe pas grâce à leurs propres observations et expériences" note Larivée. "Et leurs parents ne font que confirmer leur découverte."

"Les enfants demandent à leurs parents, par exemple, comment le Père Noël entre dans la maison s’il n’y a pas de cheminée" dit-il. "Et même si les parents disent qu’ils laissent la porte ouverte, les enfants se rendront vite compte que le Père Noel ne peut pas être partout en même temps, et que les rennes ne peuvent pas aller si vite."

Près de 25% des enfants de l’étude de 1896 ont appris la vérité sur le Père Noel de leurs parents, à comparer aux 40% en 1979. Ceux qui ne l’ont pas appris de la bouche de leurs parents ont appris la vérité d’autres enfants.

Larivée déclare que la croyance dans le Père Noel diminue à l’approche de l’âge de raison des enfants. "Mais la maturité cognitive et le niveau de réflexion, qui permettraient à un enfant de 7 ans de faire la différence entre l’imaginaire et la réalité, sont insuffisants pour renoncer au mythe." ajoute-t-il, en précisant que la moitié des enfants de cet âge, dans une étude de 1980, croyaient encore au Père Noel.

En 1896, 54% des parents disaient qu’ils perpétuaient le mythe du Père Noel car cela rendait leurs enfants heureux, comparés aux 73% en 1979 et 80% en 2000.

Larivée et Sénéchal voudraient maintenant explorer une question plus profonde : si les enfants attribuent les mêmes pouvoirs surnaturels que le Père Noel à Dieu, pourquoi arrêtent-ils de croire au Père Noel, mais continuent-ils de croire en Dieu ?

- Les mécanismes de la crédulité. Fabrice Clément.
- Et l’homme créa les dieux. Pascal Boyer.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |