Accueil du site > Science > Un article médical sur cinq affiche un conflit d’intérêt

Un article médical sur cinq affiche un conflit d’intérêt

Le 28 octobre 2011

D’après une étude publiée dans le British Medical Journal [1], plus d’un article sur cinq (21%) publié dans les six journaux médicaux les plus influents en 2008, présente des preuves d’un auteur honorifique ou fantôme.

Ces résultats démontrent que la paternité inappropriée reste un problème dans les publications qui ont une forte influence, disent les auteurs.

Une paternité littéraire inappropriée (honorifique et fantôme), et le manque de transparence et de responsabilisation qui en résulte, constituent des sujets d’inquiétude au sein de la communauté scientifique depuis des décennies. Les auteurs honorifiques sont des individus qui sont cités comme auteurs, mais qui n’ont pas substantiellement contribué aux responsabilités des travaux. Les auteurs fantômes (ou "nègres") sont des individus qui ont apporté des contributions réelles aux travaux, mais qui ne sont pas nommés comme auteurs.

Dans les années 1980, le Comité International des Editeurs de Journaux Médicaux a développé des directives pour une paternité responsable et redevable des articles. Ces critères sont régulièrement mis à jour, et ont été adoptés par plus de 600 journaux biomédicaux. Cependant, des études ont trouvé que la fréquence des auteurs honorifiques atteignait tout de même 39%, et celle des auteurs fantômes 11% parmi toute une gamme de journaux.

Ainsi, une équipe de chercheurs Américains a comparé la fréquence des articles avec des auteurs honorifiques et fantômes, publiés dans les six journaux médicaux majeurs en 2008, avec ceux rapportés par les auteurs des articles en 1996.

Un total de 630 auteurs a répondu à l’enquête. La fréquence générale des articles avec un auteur honorifique, fantôme ou les deux était de 21%, en baisse depuis les 29% trouvés en 1996. Ils n’ont pas trouvé de changement dans la fréquence des auteurs honorifiques par rapport à 1996, mais ont découvert un déclin significatif dans la prévalence des auteurs fantômes.

La fréquence la plus élevée des deux types de paternité inappropriée se trouvait dans les articles de recherche originaux, contrairement aux éditoriaux et articles de revue. Ces résultats démontrent que le phénomène des auteurs impropres reste un problème dans les publications biomédicales qui ont un impact important, expliquent les auteurs.

Ils concluent que "des efforts plus importants des journaux scientifiques, des auteurs individuels et des institutions académiques sont essentiels pour favoriser la responsabilité, la transparence et la fiabilité des auteurs, et pour conserver l’intégrité des publications scientifiques."

Ces résultats suggèrent que les standards ont besoin d’être davantage resserrés. Les auteurs font remarquer que "la recherche devient plus collaborative et plus complexe, les défis vers la transparence des auteurs et leur divulgation sont plus grands", et ils en appellent à des travaux futurs "pour évaluer si une définition plus importante des rôles et des conflits d’intérêts modifie substantiellement la fréquence d’une paternité des articles impropres."

- La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique. William Broad, Nicholas Wade.


Références et notes :

[1] J. S. Wislar, A. Flanagin, P. B. Fontanarosa, C. D. DeAngelis. Honorary and ghost authorship in high impact biomedical journals : a cross sectional survey. BMJ, 2011 ; 343 (oct25 1) : d6128.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |