Accueil du site > Nouvelles > Une enquête mondiale sur la religion et le bonheur

Une enquête mondiale sur la religion et le bonheur

Le 9 août 2011

Une étude publiée dans Journal of Personality and Social Psychology [1] suggère que dans les sociétés soumises au stress, les individus qui sont religieux dépassent en nombre - et sont plus heureux que - leurs homologues non religieux. Les chercheurs ont trouvé que là où la paix et l’abondance sont la norme, la participation religieuse est plus faible et les gens sont plus heureux qu’ils soient religieux ou non.

L’étude a analysé les données provenant de l’Enquête Mondiale Gallup 2005-2009, une enquête des citoyens de plus de 150 pays qui comprenait des questions à propos de leur appartenance religieuse, de leur satisfaction de la vie, du respect, du soutien social et des sentiments positifs et négatifs. Les chercheurs ont aussi analysé les données du sondage Gallup 2009 aux États-Unis.

Des études précédentes à celle d’Ed Diener, pour la plupart aux États-Unis, ont suggéré que les personnes religieuses tendaient à être plus heureuses que les non-religieuses. Ces nouveaux résultats indiquent cependant que la religiosité et le bonheur sont intimement liés aux caractéristiques des sociétés dans lesquelles les gens vivent.

"Les circonstances prédisent la religiosité" dit-il. "Des circonstances difficiles conduisent plus fortement les gens à être religieux. Et dans les sociétés religieuses dans des circonstances religieuses, les personnes religieuses sont plus heureuses que les athées. Mais dans des sociétés non religieuses où de nombreux besoins sont comblés, les personnes religieuses ne sont pas plus heureuses, tout le monde est heureux."

L’appartenance religieuse semble stimuler le bonheur et le bien-être dans les sociétés qui n’arrivent pas à donner suffisamment de nourriture, de travail, de soins médicaux, de sécurité et d’opportunités éducatives. Les individus religieux dans les sociétés religieuses sont davantage susceptibles de rapporter se sentir respectés, de sentir qu’ils reçoivent plus de soutien social et qu’ils vivent des expériences plus positives et moins négatives que leurs homologues athées.

Dans les sociétés laïques, qui dans de nombreux cas sont plus riches et ont plus de soutiens sociaux, les gens religieux et non religieux vivent un plus grand bien-être et sentiments positifs. Les individus religieux dans les pays laïcs rapportent même plus de sentiments négatifs que les non religieux.

Les chercheurs ont trouvé que la même tendance se retrouvait individuellement dans les états des États-Unis, avec plus de gens rapportant être religieux dans des états plus pauvres avec moins de soutiens sociaux, dit Diener. Leur religiosité semble aussi stimuler leur bien-être et leurs sentiments positifs, comparés à leurs compatriotes non religieux.

Globalement, 68% des gens interrogés déclaraient être religieux.


Références et notes :

[1] The Religion Paradox : If Religion Makes People Happy, Why Are So Many Dropping Out ? Diener Ed ; Tay Louis ; Myers David, Journal of Personality and Social Psychology.


A lire aussi :

  La stupeur augmente la croyance dans le surnaturel

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2014 - Charlatans.info |